Pour que sa voix puisse compter

Pour que sa voix puisse compter

«J’aime bien parler politique. Que ce soit à la maison, au gymnase ou avec mes amis, je trouve ça intéressant», confie Benoît Marti. C’est ainsi qu’en novembre dernier, à 18 ans, il a décidé de suivre un de ses amis et de se faire assermenter au Conseil général de Bussy-Chardonney. Il suit déjà depuis plusieurs années ce qu’il se passe dans les votations au niveau cantonal et fédéral, en grande partie grâce aux personnes qui l’entourent. «On parle de temps en temps des votations dans le cadre du gymnase et je suis assez au courant des objets su...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.