Pour la chaise-longue (6/6)

Pour la chaise-longue (6/6)

Sombre légéreté avec La vie devant soi de Romain GaryPour conclure cette chronique estivale, je propose un roman, La vie devant soi, qui m’a marqué durant mon adolescence et que j’ai depuis relu à quelques occasions. Mais avant de vous parler de son contenu, je vais vous raconter l’histoire de son édition. Publié en 1975 avec comme auteur Émile Ajar, il reçoit la même année le Prix Goncourt. Pour autant, le vrai auteur qui se cache sous ce pseudonyme n’était autre que Romain Gary qui avait déjà reçu en 1956 cette distinction. Comme la tradition veut d...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.