Le petit-lait, casse-tête des agriculteurs

Le petit-lait, casse-tête des agriculteurs

Le sujet est épineux et relativement complexe. Pourtant, la problématique est réelle et menace bon nombre de paysans dans le canton. «Le 31 août de cette année marque la fin d’un moratoire de 10 ans durant lequel les porcheries doivent être mises aux normes, explique Sylvain Freymond, député au Grand Conseil et agriculteur à Montricher. La plupart de ces bâtiments, souvent très anciens, ont fermé. Malheureusement, ils n’ont pas été remplacés, ce qui cause de gros soucis pour les sociétés de fromagerie.»Un lien entre porcherie et fromagerie pas toujour...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.