Le Mozart de la diplomatie

Le Mozart de la diplomatie

«Une valeur ajoutée de mon nom est qu’il a pour effet de «briser la glace» lors d’une première conversation.» Aussi, à la question: s’appeler Wolfgang Amadeus Brülhart n’est-il pas un frein lorsque l’on est chef de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord au Département fédéral des affaires étrangères? L’homme répond par la négative. D’autant qu’il l’a choisi, ce prénom, qu’il partage avec Mozart. Enfin, en partie.Wolfgang Brülhart grandit à Guin/Fribourg, là où vit également un homonyme de trois ans son aîné, ce qui entraîne s...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.