Le maître des horloges… des petits

Le maître des horloges… des petits

L’histoire paraît si «simple» qu’elle est à peine croyable. «Nous étions à Grimentz en famille et mon fils s’est réveillé beaucoup trop tôt un matin. Je me suis dit qu’il fallait que je trouve une idée pour qu’il fasse la différence entre le jour et la nuit, imaginant que de nombreux parents vivaient la même chose. C’est parti comme ça!»Ce week-end du Jeûne de l’an 2000, Vincent Claessens s’en rappelle en effet comme si c’était hier. Il a d’ailleurs gardé le vieux bidon de peinture – son prototype – doté de deux ampoules de cantine...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.