Le gardien des souvenirs

Le gardien des souvenirs

Lors d’un après-midi ensoleillé dans le cimetière de Morges, une maman promène son enfant. Un fait inhabituel? Pas aux yeux d’Heinrich Schmid. «Les gens nous disent souvent que l’endroit ressemble à un parc, même si mon supérieur n’aime pas trop qu’on le nomme ainsi», sourit-il. Et après 35 ans passés à bichonner l’endroit, c’est devenu le fruit d’un travail d’une vie.Horticulteur de formation, Heinrich Schmid a grandi à Echichens - son village de cœur comme il l’appelle - où il a été président de la Jeunesse et est actuellement membr...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.