La vie continue, mais en petit comité

La vie continue, mais en petit comité

Les rassemblements sont limités à 50 personnes, les lieux de rencontres s’adaptent envers et contre tout. Photo: C.Jot/Keystone/VQH

Pas facile de s’y retrouver entre les mesures édictées par le canton puis la Confédération. Seule certitude: les conséquences sont importantes.

Les organisateurs du Marché de Noël ou du gala de la gym peuvent sourire des séances durant lesquelles ils ont hésité à maintenir ou pas leurs manifestations. Après les annonces cantonales puis fédérales – qui ne seront sans doute pas les dernières – presque toutes les manifestations sont en effet annulées de fait, sacrifiées sur l’autel de la sécurité et faute de rentabilité.
Si les «oscars» de la crise sont décernés un jour ou l’autre, il faudra convoquer à la cérémonie tous les restaurateurs qui jonglent depuis des mois avec des contraintes qui changent chaque semaine, avec le risque d’en voir certains jeter l’éponge au fil du temps.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.