La fin du Monaco

La fin du Monaco

C’est avec beaucoup d’émotion qu’Annick et Pierre Le Bihan-Borel s’apprêtent à remettre les clés de leur café-restaurant incontournable de la Grand-Rue, Le Monaco. Voilà trente ans que le couple était propriétaire des lieux et le temps d’une retraite bien méritée est venu. «C’est dur de voir cette grande page se tourner. Mais rien n’est éternel», lâche Pierre Borel, les yeux humides. Tout au long de la semaine écoulée, les deux tenanciers se sont activés pour remettre les lieux en état, afin que tout soit prêt lorsque les nouveaux propriéta...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.