L’abbé est roi, mais pas empereur

L’abbé est roi, mais pas empereur

«Je ne suis pas Napoléon: je ne vais pas me couronner moi-même!» Norbert Penel a donc laissé à Pierre-Yves Morel, major de table, le soin d’annoncer que l’abbé-président était aussi le roi de l’Abbaye des Amis Réunis de Montricher. Et Norbert Penel ne s’est pas couronné lui-même: il a laissé à Sophie Haenni le soin de le ceindre. Roi, Norbert Penel l’a été pour avoir totalisé 288 points à l’addition des trois meilleurs coups à la cible Abbaye où 93 des 128 confrères se sont affrontés. Et on a fait de ce millésime une affaire de famill...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.