«Je n’ai aucune volonté de blesser»

«Je n’ai aucune volonté de blesser»

Avec ses yeux bleus et ses cheveux bouclés, on lui donnerait presque le bon Dieu sans confession. Pourtant, lorsqu’il monte sur scène, Stéphane Guillon est tout sauf angélique. Politique, terrorisme ou encore religion, rien n’échappe à son regard perçant. Interview.Vous voilà de retour sur scène. Comment avez-vous construit ce spectacle?Je n’étais pas monté sur scène depuis quatre ans et j’avais très envie d’y retourner pour faire un spectacle qui soit dans l’humeur du temps et qui traite de tous les sujets d’actualité qui nous ont passionnés,...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.