«J’avais honte de ce que j’étais»

«J’avais honte de ce que j’étais»

Fille d’une mère schizophrène, Clémentine Prongué a été adoptée en Suisse à l’âge de trois mois. Elle s’est longtemps sentie différente des autres.«J’ai vécu une adolescence difficile, témoigne Clémentine Prongué. Je me sentais différente des autres. J’avais honte de ce que j’étais. Honte d’avoir été abandonnée par ma mère. C’était très dur à accepter.» Née il y a 23 ans au CHUV d’une mère italienne, cette Morgienne a été accueillie par une famille suisse vers l’âge de trois mois. «Ma maman biologique est schizophrène...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.