Des différences moins visibles

Des différences moins visibles

Dans la pénombre de la salle du centre de rencontre et d’animation de Bussigny (CRAB), la voix de Sébastien, légèrement anxieuse, débute le récit du conte d’Hansel et Gretel. «Faut-il allumer les lumières?» avait demandé Caroline de Coccola, assistante du metteur en scène, une heure auparavant. «Non, c’est plus poétique comme ça», avait répondu Sébastien. Et il avait raison.Autour de lui, huit comédiens se tiennent prêts à énoncer leurs textes. Au fond, deux autres acteurs se cachent derrière un jeu d’ombres. Le décor est planté et les jeun...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.