Claudia Tagbo a fait hurler de rire les chanceux

Claudia Tagbo a fait hurler de rire les chanceux

«Femme nue, femme noire. Vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté. J'ai grandi à ton ombre; la douceur de tes mains bandait mes yeux. Et voilà qu'au cœur de l'Été et de Midi, je te découvre, Terre promise, du haut d'un haut col calciné. Et ta beauté me foudroie en plein cœur, comme l'éclair d'un aigle.» C’est par ces quelques vers de Léopold Sédar Senghor que Claudia Tagbo a commencé son spectacle jeudi soir au Théâtre de Beausobre. Avant de lancer à l'auditoire: «Y’en a quelques-uns qui n’ont pas compris ce que je faisais. Ils ...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.