«À l’alpage, nous vivons à 150%»

«À l’alpage, nous vivons à 150%»

Passer près de quatre mois dans un magnifique écrin de verdure à quelques hectomètres du Col du Marchairuz. Dit comme ça, on pourrait penser à une jolie colonie de vacances. Mais la réalité est bien différente pour la famille Germain, amodiataire  (ndlr: locataire) du chalet du Pré de Bière.  «Ces quelque 120 jours à l’alpage sont vraiment très importants au niveau professionnel. Nous travaillons sept jours sur sept et nous n’avons pas de congé», précise Élisabeth Germain qui, avec son mari Philippe, est à la tête de la fromagerie. Dur...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.