Galeries Vidéos Abonnez-vous

Tolochenaz

Vous reprendrez bien une part de sanglier?

Marine Dupasquier 08.11.2018 15:37

La Maison de la Rivière a fêté dimanche l’inauguration du menhir de Saint-Prex autour d’un sanglier à la broche.

C’est dans une ambiance digne d’Astérix et Obélix qu’une centaine de personnes a célébré dimanche l’inauguration du menhir de Saint-Prex, découvert en début d’année sur un chantier. La «Fête ô’menhir et sanglier à la broche» se déroulait à la Maison de la Rivière de Tolochenaz, lieu qui œuvre à valoriser le patrimoine culturel et naturel régional. 

Les irréductibles participants ont notamment pu déguster une soupe à la courge mitonnée dans un chaudron, décorer des galets, s’essayer à un atelier de potions magiques et surtout engloutir une part de sanglier à la broche. «Le bilan de la journée est très positif, se réjouit Albertine Roulet, chargée de la communication. Tout le sanglier est parti et on a même dû refuser des gens». 

À ces activités culinaires et ludiques s’ajoutait une partie plus scientifique et plusieurs panneaux explicatifs avaient été conçus pour l’occasion. Les enfants ont aussi pu se familiariser avec la notion de bloc erratique à travers à une expérience, tandis que le directeur de l’institution Jean-François Rubin et la géographe Laure Borgeaud ont pris la parole afin de lever une part du mystère qui plane autour de la fonction et de la symbolique de ces monuments.

Arrivé par glacier

Issu du massif des Aiguilles Rouges, au-dessus de Martigny, et emmené par le flux du glacier du Rhône, le conglomérat s’est retrouvé dans la région il y a environ 15 000 ans et a été taillé par l’homme durant le Néolithique. En août dernier, il a été déplacé vers la Maison de la Rivière, à l’aide d’une petite grue. «Cela a rapidement été l’endroit tout indiqué pour le mettre en lumière», explique Albertine Roulet. 

À lire également: Une colocation dorée et déjantée

Le bloc occupe désormais une place de choix à l’extérieur de l’institution. «Maintenant que l’exposition intérieure est complète, on a pour but de fournir l’extérieur avec de nouveaux éléments». Conscients de l’attrait d’un tel objet, l’équipe du centre est en train de redévelopper certains programmes pédagogiques, notamment pour les écoles. «Cela pourrait faire l’objet d’animations ciblées sur l’archéologie, plutôt que sur la nature», avance Albertine Roulet.

L’actu en images

Journal de Morges
Spectacle Alka-Jars 2018
la Compagnie de l'Alka-Jars a joué au théâtre du PONTET à ...
Journal de Morges
Les Branle-Cloches 2018
La troupe des Branle-Cloches crée en Suisse une œuvre amusante de ...
Journal de Morges
Night Run 2018
Samedi 3 novembre, les amoureux de course à pied se sont donné ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

humour
Brigitte Rosset et Frédéric Recrosio rient en duo de ...
Apples
En signant la Charte des Jardins, chacun s’engage à ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Apples
L’Association Nature et Patrimoine d’Apples et environs ...
Edition N° 44
ven 16.11.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
810 arbres plantés pour la biodiversité
L'Association Nature et Patrimoine de Apples a planté 810 arbres pour la biodiversité à ...