Le rêve olympique de Samy Laubscher s’écroule

Le rêve olympique de Samy Laubscher s’écroule

Le rêve olympique vient de partir en fumée pour Samy Laubscher, d'Apples. La fédération algérienne ne dispose pas de place pour le ski de fond lors des prochains JO!

Alors qu’il s’entraîne durement à Davos dans le cadre de son aventure olympique, Samy Laubscher a reçu une terrible nouvelle en provenance d’Algérie. La Fédération du pays n’a en fait aucune place de skieur de fond pour les prochains jeux de Pékin, contrairement à ce qu’elle avait assuré à l’ancien joueur du FC Pied du Jura.

La déception est terrible pour l’habitant d’Apples qui se préparait plus que sérieusement depuis des semaines, avec de nombreux soutiens à ses côtés. Il rentrera des Grisons samedi pour s’aligner lors de la Night Run de Morges, qui affiche complet.

La porte s’est refermée

« J’ai été mené en bateau, car on avait bien regardé tous les paramètres et le fait d’avoir une licence relevait d’une fédération dont c’est la responsabilité », réagit à chaud l’intéressé. « Ils n’ont pas de place pour le ski de fond aux Jeux olympiques d’hiver et il y a encore deux semaines, ils nous ont conseillé de prendre une licence suisse qui pourrait être transférée un peu plus tard. Là, on a commencé à trouver ça bizarre et a prendre des renseignements notamment en Suisse. On a tout essayé, on a remué ciel et terre, mais à un moment donné, ils ont refermé la porte qui était pourtant grande ouverte dès le départ du projet. »

J’ai été mené en bateau depuis le début car on avait tout préparé minutieusement

Rappelons-le, Samy Laubscher, bien connu des matchs de foot et des courses pédestres, est au bénéfice d’origines algériennes du côté de sa maman. Il s’est donc mis en tête il y a plusieurs mois de représenter ce pays lors d’une grande compétition internationale, a obtenu la naturalisation et le feu vert de la fédération pour tenter le pari. « Ils m’avaient juste indiqué qu’ils ne voulaient pas que je sois ridicule et je peux vous assurer que je me suis entraîné comme un fou depuis, avec l’aide de la CGN, mon employeur qui m’a soutenu dès le début. »

En stage avec Cologna

Dépité, Samy Laubscher a pris un coup sur la tête. « Vis-à-vis de tout ce qu’on a mis sur pied, de l’élan de soutien et du travail de pro qui a été réalisé par mon staff, je dois trouver une alternative mais il n’existe rien de comparable aux Jeux. En ce moment, je skie sur la même piste que Dario Cologna, l’équipe de Suisse et l’équipe de France, c’est vous dire le niveau de sérieux qui était le notre. J’ai tout de même envie de montrer que j’ai travaillé dur, que j’ai un certain niveau. Je vais donc essayer de participer à des courses de niveau international, on verra ce qui est possible. Il y a la Vallée de Conches avec les Suisses, les Russes, l’occasion de se mêler au gratin international, c’est ce qui me porte encore aujourd’hui. »

D’un naturel optimiste, Samy Laubscher va forcément rebondir: « C’est un coup de massue et ça fait mal. Mais je sais aussi que dans tous les sports, des athlètes professionnels se font souffler des sélections à longueur d’année, parfois au dernier moment selon les critères et je dois donc aussi accepter mon sort. Je vais maintenant terminer mon stage dans les Grisons avant de prendre la route pour être au rendez-vous de la Night Run de Morges ce samedi. »

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.