Une centaine de fêtards démasqués dans une forêt de Saint-Prex

Une centaine de fêtards démasqués dans une forêt de Saint-Prex

Une patrouille de la Police Région Morges a entendu de la musique samedi vers 2h du matin lors d’un passage sur une route forestière à Saint-Prex. Des renforts ont alors été engagés pour mettre un terme à une fête non autorisée.

Samedi 5 février vers 2h du matin, lors d’un passage sur une route forestière à Saint-Prex,  une patrouille de la Police Région Morges (PRM) a entendu de la musique et croisé plusieurs individus. Questionnés sur leurs présences à cet endroit, ils ont déclaré participer à une fête.

Dès lors, plusieurs patrouilles ont été engagées pour mettre un terme à cette manifestation. Arrivés sur place, les policiers ont constaté qu’une centaine de jeunes participaient à cette «rave-party»  privée et que plusieurs individus quittaient prestement les lieux. 44 personnes ont été identifiées et seront dénoncées à l’autorité compétente. Il est à relever qu’aucun des participants ne portaient de masque de protection.

Le ou les organisateurs n’ont pu être identifiés durant la nuit. Dans la journée de samedi toutefois, l’envoyée spéciale du quotidien 24 heures a pu rencontrer les jeunes à la base du rassemblent, eux qui étaient sur place pour… ranger et mettre les déchets dans des sacs poubelles.

Une fête annuelle et privée

À partir de quelques bouts de bois formant la base d’une cabane préexistante, Benjamin – cité dans l’article – et les autres ont tendu une bâche afin de protéger les fêtards de l’humidité. Sous le petit espace qu’ils ont rendu étanche, ils ont placé une table de mixage, des caissons, une platine et deux génératrices, qui ont été saisis par la police, explique 24 heures. Quelques chaises amenées depuis la maison, ainsi que deux ou trois lumières ont complété le décor. Beaucoup sont venus à pied ou à vélo plutôt qu’en voiture. «Ça nous manquait», souffle Benjamin, qui porte un masque ce samedi après une discussion avec ses parents.

Pour rappel, les directives liées au Covid-19 limitent actuellement  à 5 personnes les manifestations publiques ou privées. Selon les recommandations de la Conférence des Procureurs de Suisse, une amende de 500 francs peut être infligée à l’organisateur d’une manifestation privée de plus de 5 personnes et 2000 francs pour l’organisation d’une manifestation de plus de 50 personnes.

Cette intervention ont nécessité l’engagement de plusieurs patrouilles de la Gendarmerie vaudoise et de la Police Région Morges.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.