Trafic ferroviaire: une deuxième ligne entre Lausanne et Genève exigée

Trafic ferroviaire: une deuxième ligne entre Lausanne et Genève exigée

Le trafic est toujours restreint à la suite de l’incident. Photo: KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Une nouvelle ligne ferroviaire entre Lausanne et Genève est « indispensable et urgente », affirment les cantons de Vaud et Genève. Ils aimeraient qu’elle soit opérationnelle à l’horizon 2050 avec, comme première étape dès 2035, la création d’un tunnel à double voie entre Morges et Allaman.

Comme le démontre la coupure de la ligne Lausanne – Genève depuis mardi, la Métropole lémanique « est bien trop dépendante d’une seule ligne ferroviaire », soulignent jeudi les deux cantons dans un communiqué. Ils enjoignent la Confédération à répondre « à cet enjeu majeur » en créant une nouvelle ligne, comme cela existe entre les autres principales villes du pays.

Pour les autorités valdo-genevoises, il faudrait d’abord prévoir la construction d’un tunnel à double voie entre Morges et Allaman. Selon elles, ces travaux devraient intervenir dès 2035 dans le cadre de la prochaine étape d’aménagement PRODES (programme de développement stratégique).

L’intention actuelle de la Confédération de réaliser « au coup par coup des bouts de troisième, puis de quatrième voie dans le même secteur pour résoudre les problèmes de capacité, n’est pas une solution fiable et durable », poursuit le communiqué.

Débloquer des fonds

Interrogée mercredi soir par la RTS, la ministre vaudoise en charge des infrastructures, Nuria Gorrite, avait demandé à Berne de sortir d’une vision « purement comptable » et de débloquer les fonds pour créer une nouvelle ligne.

« Nous avons demandé les fonds nécessaires à la Confédération qui nous a octroyé 660 millions. Il faudrait le double pour construire une double ligne, c’est-à-dire quatre voies, entre Morges et Allaman dans quinze ans », a-t-elle relevé.

La mise en service d’une nouvelle ligne, vraisemblablement en souterrain, entre Lausanne et Genève devrait intervenir à l’horizon 2050, estiment les deux cantons lémaniques. Ils souhaitent également que la nouvelle gare de Genève soit compatible pour garantir les capacités à long terme.

« La Métropole lémanique estime qu’un développement ambitieux et fiable des liaisons ferroviaires entre Lausanne et Genève est la seule réponse crédible aux enjeux climatiques et que cela répond à l’objectif de l’Office fédéral des transports de doubler la part modale du rail d’ici 2050 », conclut le communiqué.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.