Suspect en détention provisoire pour l’alerte à la bombe de Marcelin

Suspect en détention provisoire pour l’alerte à la bombe de Marcelin

Lundi 22 mars, une alerte à la bombe avait demandé l'évacuation du site de Marcelin. La première d'une longue et triste série... Photo: Cornut

Les investigations menées ces derniers jours par la police suite aux nombreuses fausses alertes à la bombe dans des établissements de formation du canton de Vaud ont permis l’interpellation et l’audition de trois personnes supplémentaires. L’une d’entre elles a été placé en détention provisoire. Une demande de mise en détention a été transmise au Tribunal des mesures de contrainte.

Les samedi et dimanche 27 et 28 mars 2021, les policiers ont procédé à plusieurs interpellations en lien avec la série de fausses alertes à la bombe dans divers établissements de formation du canton de Vaud. Deux suspects ont été interpellés. L’un d’eux, de nationalité Suisse et âgé de 21 ans, a été placé en détention préventive. Il est suspecté d’être impliqué dans l’alerte à la bombe du 18 mars 2021 au COFOP (Centre d’Orientation et de Formation Professionnelles) et de celle du Centre d’Enseignement Professionnel de Morges (CEPM) le 22 mars 2021.
Les procureurs en charge des instructions pénales ont demandé une mise en détention provisoire au Tribunal des mesures de contraintes pour une période d’un mois, période qui pourra être prolongée selon les besoins de l’enquête.

Rappel des faits :
Entre le 27 janvier 2021 et le 29 mars 2021, quatorze fausses alertes à la bombe ont été annoncées à la police lieu dans divers établissements de formation du canton de Vaud. Huit visaient un établissement en particulier, les six autres dans d’autres établissements. Les investigations menées par la police ont déjà permis d’identifier quatre suspects, tous majeurs. Ils ont été placés en détention provisoire. Les investigations se poursuivent.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.