Tout feu tout flamme

Tout feu tout flamme

Les pompiers déploient les grands moyens pour susciter de nouvelles vocations et ainsi maintenir leurs effectifs. Photo: ECA

La journée annuelle de recrutement des sapeurs-pompiers vaudois aura lieu le 4 novembre. Avec plusieurs rendez-vous programmés dans les casernes de la région.

C’est le rêve de nombreux enfants qui pourrait bien se réaliser, jeudi 4 novembre prochain: devenir sapeur-pompier. Pour la deuxième année consécutive, les soldats du feu vaudois et leurs homologues jurassiens, fribourgeois et neuchâtelois unissent leurs forces pour procéder à une grande journée de recrutement de volontaires. Un corps d’intervention aussi fascinant qu’essentiel, car 98% des sapeurs-pompiers suisses sont des miliciens. En 2019, on en comptait environ 81’000 à l’échelle du pays, pour 71’000 interventions au total.

Pour postuler, les candidats doivent avoir 18 ans révolus et résider dans le canton. Il n’y a en revanche pas de limite d’âge maximal, à condition d’être en bonne santé. Les trois critères essentiels étant de présenter une bonne forme physique générale, d’avoir du temps à disposition et surtout une bonne dose de motivation.

Plusieurs lieux ont été désignés dans le district pour cette opération séduction, notamment Aubonne, Colombier, Denges, Gimel, Morges, La Sarraz, Pampigny, Saint-Prex et Yens. Généralement, les séances débutent à 19h30. La liste complète ainsi que les heures et adresses exactes sont disponibles en ligne. L’inscription est obligatoire. Pour ce faire, il suffit de laisser son adresse e-mail et son nom sur le même site internet.

Lors des séances d’information, les personnes intéressées pourront se familiariser avec le matériel utilisé et les différents types et méthodes d’intervention. Libre à elles ensuite de décider si elles souhaitent s’engager pour de bon.

Formation intense

Pour rejoindre officiellement les quelque 6000 hommes et femmes que compte le corps des sapeurs-pompiers vaudois, les aspirants volontaires devront suivre une formation de base de deux jours, avant d’incorporer une caserne, avec laquelle ils participeront aux interventions. Ils devront en outre suivre douze heures d’exercice par année minimum.

Un pompier volontaire effectue entre une et dix interventions par année, selon les événements, le grade et les spécialisations. Une indemnisation est prévue, dont le montant varie d’une région à l’autre.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.