Terrasses, cinémas et stades pourront rouvrir dès lundi

Terrasses, cinémas et stades pourront rouvrir dès lundi

La vie devrait (gentiment) reprendre à la Grand-Rue. Photo: Brun/Keystone

Les Suisses pourront renouer avec leurs activités préférées dès lundi. Le Conseil fédéral a décidé mercredi de rouvrir sous condition les terrasses, les cinémas, les théâtres ou encore les stades de football.

« La situation épidémiologique continue de se détériorer », note le gouvernement dans un communiqué. Les cas augmentent, tout comme les hospitalisations. Les potentielles infections liées aux fêtes de Pâques ne sont pas encore connues. Et quatre des cinq critères exigés pour assouplir les mesures ne sont pas remplis (voir encadré). Seule l’occupation des soins intensifs est inférieure au seuil fixé.

Le Conseil fédéral a pourtant choisi de lâcher un peu de lest. A ses yeux, un risque calculé peut être pris, notamment en regard de la vaccination. Près de 50% des plus de 80 ans ont reçu leurs deux doses, et 30% chez les personnes de 70 à 79 ans.

Les pressions de toute part n’y sont probablement pas non plus étrangères. Outre l’UDC et les milieux économiques, une commission parlementaire a récemment appelé à établir des scénarios de sortie de crise.

Service à table

Concrètement, les activités où le risque d’infection est modéré, le masque peut être porté et les distances respectées seront de nouveau autorisées dès lundi. Restaurants et bars pourront rouvrir leurs terrasses. Les clients devront toutefois être servis à table, n’ôter leur masque que pour manger et laisser leurs coordonnées.

Les tables seront limitées à quatre convives. Elles devront être espacées d’un mètre et demi ou séparées par une paroi. Les terrasses ne suffisant généralement pas pour couvrir tous les coûts des exploitants, les aides seront prolongées. Les discothèques et les locaux de danse resteront quant à eux portes closes.

Les espaces intérieurs des zoos, jardins botaniques et autres centres de loisirs seront également accessibles, à condition de porter un masque et de tenir la distance. L’assouplissement ne s’applique toutefois pas aux centres de bien-être.

Consommation interdite

Les cinémas et les théâtres pourront rouvrir dans des conditions similaires. Les salles ne pourront toutefois accueillir que 50 personnes ou un tiers de leur capacité. Les matchs de foot, les concerts et autres événements en plein air seront eux limités à 100 personnes. Un siège devra être laissé libre entre les visiteurs, tenus de rester assis et de porter un masque en tout temps. La consommation ne sera pas autorisée et les entractes seront déconseillés.

Les adultes pourront encore reprendre leurs activités sportives en groupe de 15 au maximum. Et les compétitions pourront avoir lieu. Le port du masque et la distance devront être respectés à l’intérieur, tandis que le respect d’une des deux règles suffit à l’extérieur.

Des exceptions seront permises pour les activités où le port du masque est impossible, comme les chorales ou les activités d’endurance dans les fitness. Mais le Conseil fédéral recommande d’aller les pratiquer à l’extérieur et de se faire tester au préalable. Les sports de contact restent eux interdits à l’intérieur.

Bol d’air encore pour les musées. Ils pourront organiser des visites guidées pour 15 personnes. Et les membres d’associations se réunir dans les mêmes limites.

Campus repeuplés

Les étudiants pourront de leur côté retrouver leur campus. L’enseignement en classe sera à nouveau autorisé dans le postobligatoire, en particulier pour les hautes écoles et la formation d’adultes. Les conditions seront semblables à celles pour les théâtres ou les cinémas.

Les collaborateurs des entreprises qui procèdent à des tests hebdomadaires seront quant à eux exemptés de la quarantaine relative aux contacts. Les résidents vaccinés des homes ou maisons de santé pourront se passer de porter le masque. Cela vaut aussi pour ceux qui ont guéri du Covid-19.

Quatre critères sur cinq ne sont pas remplis pour la réouverture

Quatre des cinq critères fixés par le Conseil fédéral pour assouplir les mesures de lutte contre le coronavirus ne sont pas remplis, relève le gouvernement mercredi. Même si la situation reste fragile, aucun critère ne conduirait à un durcissement des mesures.

Selon les valeurs mesurées le 12 avril, seule l’occupation des lits en soins intensifs remplit les critères fixés par le Conseil fédéral. Elle est de 179,5, alors que la limite est fixée à 250. En revanche, l’incidence sur 14 jours devrait être inférieure à 230 cas pour 100’000 habitants, elle est à 300,4.

La moyenne sur sept jours des nouvelles hospitalisations est de 60,7, alors qu’elle ne devrait pas dépasser 55,3. Celle des décès est de 8,7, alors qu’elle devrait être inférieure à 7,3. Et le taux de reproduction du virus (1,14) est aussi supérieur à la limite fixée à 1.

La cheffe de la section contrôle des infections de l’OFSP, Virginie Masserey, avait déjà relevé ces valeurs mardi devant les médias, tout en soulignant qu’il ne s’agit que de valeurs indicatives.

Aucun indicateur n’atteint un niveau qui justifierait un renforcement des mesures. Seul le taux de reproduction s’approche de la limite établie à 1,15. Les autres critères restent bien en-dessous des valeurs fixées, que ce soit pour l’incidence sur 14 jours (350), l’occupation des lits en soins intensifs (300) ou le nombre d’hospitalisations sur sept jours (80).

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.