Omicron en trouble-fête pour la saison hivernale

Omicron en trouble-fête pour la saison hivernale

Les acteurs du tourisme s'attendent à ce que les visiteurs locaux, comme l'année dernière, permettent de sauver les meubles. Photo: Unsplash/Koorengevel

Le chemin de la reprise semble toujours plus semé d’embûches pour le tourisme helvétique. Les récentes évolutions de la pandémie et l’émergence du variant Omicron ont poussé le Conseil fédéral à étoffer sa liste des pays en provenance desquels une quarantaine est obligatoire. D’autres mesures pourraient encore être prises d’ici la fin de la semaine.

« Nous ne savons pas encore comment la situation va évoluer et combien de temps le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas, marchés importants pour le tourisme d’hiver en Suisse (…), resteront sur la liste des pays présentant un variant préoccupant et pour lesquels la Suisse exige désormais que leurs voyageurs se placent en quarantaine », déclare à AWP Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme. « Toute forme d’incertitude étant préjudiciable au tourisme, la situation actuelle concernant le nouveau variant du Covid-19 a pour corollaire une diminution de l’envie de voyager ».

Les voyageurs étrangers jouent un rôle important pour le tourisme hivernal: « Durant l’hiver 2018/19, les hôtes de l’étranger représentaient 52,4% de toutes les nuitées hôtelières », note Mme Kanel. Les cinq marchés étrangers les plus importants, en proportion des nuitées, sont l’Allemagne (20,3%), la Grande-Bretagne (8,8%), les Etats-Unis (8,7%), le Benelux (7,3%) et la France (7,1%).

« En raison des nouvelles règles de quarantaine, nous sommes actuellement confrontés à une vague d’annulations, en premier lieu de voyageurs en provenance d’Europe », indique un porte-parole de Valais Promotion. Jusqu’à la semaine dernière, le niveau des réservations était toutefois « très bon ». Même son de cloche dans les Grisons, où un porte-parole de l’office de tourisme local note de nombreuses annulations d’hôtes en provenance des Pays-Bas. Les stations de ski attendent avec fébrilité de savoir si de nouveaux ajouts viendront à la liste des pays en quarantaine.

Les acteurs du tourisme s’attendent à ce que les visiteurs locaux, comme l’année dernière, permettent de sauver les meubles. En Valais, ils pèsent pour 70% des voyageurs. Mais il est encore trop tôt pour faire des prévisions, les réservations des Suisses se faisant souvent plus tardivement.

« Jusqu’à présent, nous avons eu peu d’annulations des pays concernés par les restrictions de voyage, qui représentent chez nous peu de réservations », souligne Damian Pfister, responsable vacances Reka. Concernant des annulations des hôtes en provenance de Suisse, nous devons attendre l’évolution de la situation. Tant que les domaines skiables restent ouverts, nous nous attendons à peu d’annulations. Nous en avons fait l’expérience l’année dernière ».

Annulations de vols

Du côté des compagnies aérienne, EasyJet prévoit « d’opérer son programme de vol avec le Portugal et le Royaume-Uni jusqu’à la fin de l’année pour préserver autant que possible les projets des clients pour la saison des fêtes ». « Notre programme de vol pour la saison de ski reste également inchangé pour le moment, mais nous avons réduit notre offre pour le Portugal et le Royaume-Uni jusqu’à mi-décembre, le temps pour nous de clarifier la situation ». Pour encourager les clients à réserver malgré les nombreuses incertitudes, ceux-ci pourront continuer de modifier sans frais leurs dates de vols jusqu’à fin mars.

Chez Swiss, « des réservations ont déjà été annulées en raison des nouvelles restrictions de voyage, mais nous ne fournissons pas d’informations précises à ce sujet », note une porte-parole. La filiale de Lufthansa souligne toutefois que, « sur la base des expériences des mois précédents, les interdictions de vol ne sont pas idéales pour empêcher la propagation d’un variant viral nouvellement découvert ».

Le variant pèse également sur l’activité des agences de voyages. « Depuis la réintroduction de la liste de quarantaine de l’OFSP vendredi soir, nous constatons une grande incertitude chez les clients, notamment parce que les règles changent en permanence. Chez Hotelplan Suisse, nous enregistrons donc une baisse des réservations », regrette une porte-parole. « Actuellement, nous n’enregistrons pas encore d’annulations de la part de clients qui voyagent dans des pays qui ne figurent pas sur la liste des pays à risque de l’OFSP ».

Le voyagiste détenu par Migros a informé « de manière proactive tous les clients qui souhaitent voyager dans les prochains jours dans un pays figurant sur cette liste. Les clients d’Hotelplan Suisse qui se rendent dans un pays dit à risque jusqu’au 10 décembre 2021 inclus peuvent annuler ou modifier leur voyage sans frais, à condition qu’il s’agisse d’un voyage à forfait ».

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.