Le variant Delta progresse assez fortement en Suisse

Le variant Delta progresse assez fortement en Suisse

Le variant Delta est de plus en plus présent en Suisse. Photo: DR

La part du variant Delta augmente assez fortement en Suisse. Elle approche 30%, a indiqué mardi Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle des infections de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Cette évolution peut expliquer la hausse du nombre de nouveaux cas en Suisse.

En observant ce qu’il se passe ailleurs, notamment en Grande-Bretagne et en Israël, où le variant domine depuis quelques temps, on remarque une hausse des nouvelles infections, mais pas des hospitalisations, a ajouté Mme Masserey lors du point de presse des experts de la Confédération.

La part élevée de personnes vaccinées dans ces pays peut y avoir contribué. La majeure partie des personnes hospitalisées actuellement en Suisse sont des personnes non vaccinées. Les cas dans les groupes d’âge bien vaccinés sont rares.

Les vaccins restent la réponse et ceux autorisés en Suisse sont très efficaces, a rappelé Mme Masserey. Actuellement, 38% de la population est entièrement vaccinée. Chez les adultes, la part atteint 46%. De plus, 52% des Suisses ont reçu une dose de vaccin, et 63% chez les adultes.

L'accès à la vaccination devrait être facilité

La situation épidémiologique paraît toujours très bonne en Suisse, même si le nombre de contamination quotidienne est légèrement supérieur à la moyenne de ces derniers jours, a relevé Virginie Masserey mardi lors du point de presse de l’OFSP. La vaccination va bon train, mais elle devrait être plus facilement accessible.

Les vaccins prouvent leur efficacité en regard des hospitalisations, qui concernent uniquement des personnes qui n’ont pas été vaccinées, a indiqué la cheffe de la section contrôle des infections de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Il faudrait envisager de faciliter la vaccination en le faisant notamment sans rendez-vous.

Il n’y a pas de mesures particulières visant à favoriser la vaccination des jeunes. Le taux d’acceptation est élevé chez eux aussi.

Pour la tranche d’âge qui n’est pas encore éligible à la vaccination, il est conseillé d’effectuer des tests répétés notamment dans les écoles. « Un moyen peu invasif qui peut entrer facilement dans les habitudes et qui permet d’éviter que des foyers se développent », a ajouté Mme Masserey.

Quant au masque, on ne pourra l’enlever que lorsque le nombre de personnes vaccinées et immunes sera élevé. Il n’est pas possible de dispenser les personnes vaccinées et de l’imposer aux autres.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.