Deux fois plus de faons sauvés de la mort grâce à la technologie

Deux fois plus de faons sauvés de la mort grâce à la technologie

Les sauveteurs suisses ont survolé près de 16'500 hectares de champs de céréales et de prairies à la recherche de faons qui avaient été déposés par leur mère afin de les cacher des prédateurs. Photo: Challandes

Sauvetage Faons Suisse a sauvé 2569 petits des lames de la faucheuse cette année, soit presque deux fois plus que l’année dernière. Une amélioration rendue possible grâce aux drones et aux caméras thermiques. L’association a par ailleurs mobilisé davantage de forces.

Parmi les 200 équipes de sauvetage déployées, plus de 300 volontaires ont répondu présents. Dans l’ensemble, cela représente une augmentation de 160% des effectifs par rapport à l’année précédente, a indiqué Sauvetage Faons Suisse vendredi dans un communiqué.

Les sauveteurs ont survolé près de 16’500 hectares de champs de céréales et de prairies à la recherche de faons qui avaient été déposés par leur mère afin de les cacher des prédateurs.

La météo a mis toutefois les équipes sous pression, a ajouté l’association. Avec le retour des beaux jours, tous les agriculteurs ont sorti la faucheuse en même temps. La zone contrôlée était malgré tout deux fois plus grande qu’en 2020.

Vaud suit la tendance

« Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à solliciter notre aide avant la fauche des foins », a informé la fondation Sauvetage Faons Vaud dans un communiqué, précisant encore que les premières interventions ont eu lieu début mai et les dernières fin mi-juillet.

Réparties sur 6 régions du Canton, une quinzaine de drones équipés de caméras thermiques ont survolé plus de 1000 parcelles, soit plus du double que l’année 2019. Se déplaçant très tôt le matin, les équipes de la fondation ont parcouru la campagne afin de satisfaire aux demandes des agriculteurs.

« Ce sont 236 faons qui ont pu être mis à l’écart des lames des faucheuses, soit légèrement moins que l’an passé, précise encore la fondation. Ceci sans doute à cause de conditions météo défavorables en début de saison (bise, pluie), les premières naissances ayant eu lieu surtout en forêt. »

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.