Cantons et économie veulent un assouplissement des mesures

Cantons et économie veulent un assouplissement des mesures

Photo: KEYSTONE/Laurent Gillieron

Les pressions augmentent sur le Conseil fédéral pour assouplir les restrictions visant à lutter contre le coronavirus. Le gouvernement doit fixer sa ligne mercredi. Il prévoit ensuite une consultation auprès des cantons.

Il faut avant tout rouvrir les magasins non essentiels, réclame le président du Conseil d’Etat valaisan, Christophe Darbellay, cité dans la SonntagsZeitung. Le ministre genevois de la santé Mauro Poggia veut lui aller plus loin. Il appelle dans le SonntagsBlick à la réouverture des centres de sport et de fitness, ainsi que des piscines, et demande à autoriser les petites manifestations culturelles, si les règles d’hygiène peuvent être respectées.

Interrogée par la SonntagsZeitung, son homologue de Fribourg, Anne-Claude Demierre, souhaite un assouplissement pas à pas du semi-confinement, en ouvrant à nouveau les magasins, les musées et les installations sportives. Elle préconise également une réouverture progressive des restaurants.

« La fatigue se fait sentir dans la population et de nombreux secteurs souffrent du confinement », abonde le chef du Département de la santé de Zoug, Martin Pfister. « Nous devons donner des perspectives à la population », ajoute Mme Demierre.

Economie pas en reste

Les secteurs de l’économie présentent au Conseil fédéral un plan de déconfinement en quatre étapes et en appellent à la « responsabilité individuelle ». Ils lui demandent de fonder ses décisions selon la couverture vaccinale de la population, font savoir economiesuisse et l’Union patronale suisse (UPS) dimanche dans un communiqué.

Dans un premier temps, il s’agirait d’assouplir les restrictions pour les activités « à faible risque d’infection », soit celle en plein air dès le 1er mars. Les restaurateurs devraient être autorisés à exploiter leur terrasse. Les magasins « non essentiels » devraient également être autorisés à rouvrir.

Une fois les groupes à risque vaccinés, d’autres assouplissements s’imposent dans une deuxième phase, selon les organisations économiques: ouverture des restaurants et des cinémas avec des concepts de protection, assouplissement du télétravail, retour de l’enseignement en présentiel.

Certificat de vaccination

Lorsque les vaccins sont disponibles pour tous, la phase 3, toutes les manifestations peuvent avoir lieu « sans concept de protection si tous les visiteurs et prestataires sont immunisés ». L’Etat ne peut plus imposer de restrictions aux personnes vaccinées, selon le plan d’Economiesuisse et de l’UPS.

En phase 4, lorsque l’immunité collective est atteinte, toutes les restrictions doivent être levées. Economiesuisse et l’UPS demandent aussi la création d’un certificat de vaccination « numérique, infalsifiable et reconnu à l’échelle internationale ».

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.