L’enfant du village premier de cordée – journaldemorges L’enfant du village premier de cordée

L’enfant du village premier de cordée

L’enfant du village premier de cordée

Rayonnant après l’annonce des résultats dimanche, le futur syndic d’Aubonne veut imposer un nouveau style et afficher une saine ambition à la tête de la commune dont il veut «convertir les idées dans la pratique et le concret». Photo: Alexandre Grieu

L’entrepreneur et militaire Yves Charrière a été largement élu à la tête de sa commune. Il se veut à l’écoute de la population dans un style très ouvert.

Mais que peut-il bien se passer entre une population et des candidats pour que les suffrages tombent sur l’un plutôt que l’autre? À Aubonne, de l’avis général, les deux prétendants au poste de syndic – Nicolas Suter et Yves Charrière – avaient incontestablement le profil, mais c’est le second qui s’est finalement largement imposé avec 611 voix contre 449.

Certains diront que c’est l’entrepreneur qui a pris le pas sur le politicien, d’autres qu’Aubonne a surtout la chance de compter – pour l’instant sur le papier – sur une addition de compétences pleine de promesses pour la prochaine législature. Si les deux hommes ont sans doute été séparés par des petits détails, un élément était frappant chez Yves Charrière ces dernières semaines: son envie.

Je souhaite m’investir pour ma commune et donner de ma personne à un moment de ma vie où j’estime avoir beaucoup reçu

Son envie d’y aller, de réaliser des projets, un sentiment confirmé par son bonheur manifeste lors de l’annonce des résultats. «Je suis très fier d’avoir été élu, c’est l’aboutissement d’un chemin qui signifie beaucoup pour moi. Je me réjouis de me mettre au travail avec amitié et en étant à l’écoute de tous les habitants d’Aubonne et de Montherod, ces derniers étant dans mon esprit tout aussi importants que les Aubonnois. Je tiens à m’engager pour réussir ce mariage qui est un vrai mais beau défi.»

Déjà (presque) élu il y a dix ans

Si Yves Charrière n’a jamais été élu à l’exécutif et passera directement du statut de conseiller à celui de syndic, il s’y préparait depuis un bout de temps. «Je me suis déjà présenté il y a dix ans et j’ai même atteint la majorité, échouant toutefois à la sixième place. Je ne l’ai pas ressenti comme une défaite mais bien au contraire comme une invitation à revenir plus tard. Cela se fait maintenant et ça tombe à un moment de ma vie, à 53 ans, où j’ai envie de donner après avoir beaucoup reçu.»

Syndic, l’entrepreneur – patron d’une PME d’installations électriques – n’y a pas pensé tous les matins en se rasant depuis six mois. «C’est en effet venu sur le tard, car il y avait tout de même onze candidats au départ, ce qui fait que j’espérais surtout devenir municipal. De plus, Sandra Linder (unique sortante) avait toute la légitimité pour occuper la fonction mais dès l’instant où elle y a renoncé, j’ai estimé correct d’offrir un choix à la population et afin que celle-ci puisse décider de ses autorités jusqu’au terme du processus. Mais les choses se sont faites de manière cordiale et je me réjouis de collaborer avec Nicolas Suter dont je souligne le fair-play.»

Désormais désigné, que va faire Yves Charrière de cette fonction. «Au fil de ma carrière, j’ai acquis de nombreuses compétences dans la conduite d’équipes. Ce qui me plaît vraiment, c’est d’initier des projets en fédérant les énergies de chacun pour arriver au but. Ce qui me passionne, c’est de mettre les choses en perspectives et mener des réalisations à court et moyen terme. Et les électeurs ont choisi une magnifique cordée, avec des personnalités qui vont faire avancer la commune.»

Convertir les idées

À très court terme, le futur syndic sait que les dossiers s’empileront bientôt sur son bureau. «Le premier point sera de développer la communication avec la population, car il y a là des progrès à faire. Ensuite, il y aura la thématique des infrastructures scolaires qu’il s’agit de concrétiser, ainsi que le Plan général d’affectation qui prend trop de temps. Enfin, il faut empoigner la question du trafic et de la traversée du bourg, mais en amenant des solutions rapides pour améliorer le quotidien des gens sans tout conditionner au contournement qui, s’il se réalise, nécessitera de nombreuses années. Ce que je souhaite, c’est convertir les idées du collège dans la pratique et ne pas rester dans la théorie et les classeurs trop longtemps.»

LE DIMANCHE EN IMAGES

Un dimanche d'élection à Aubonne sous l'oeil d'Alexandre Grieu
Un dimanche d'élection à Aubonne sous l'oeil d'Alexandre Grieu
Un dimanche d'élection à Aubonne sous l'oeil d'Alexandre Grieu
Un dimanche d'élection à Aubonne sous l'oeil d'Alexandre Grieu
Un dimanche d'élection à Aubonne sous l'oeil d'Alexandre Grieu
Un dimanche d'élection à Aubonne sous l'oeil d'Alexandre Grieu
La Municipalité d’Aubonne souhaite rapprocher ses citoyens. Photo: Dupasquier
La Municipalité d’Aubonne souhaite rapprocher ses citoyens. Photo: Dupasquier
Un dimanche d'élection à Aubonne sous l'oeil d'Alexandre Grieu
Un dimanche d'élection à Aubonne sous l'oeil d'Alexandre Grieu
Le nouveau syndic d'Aubonne Yves Charrière.
Le nouveau syndic d'Aubonne Yves Charrière.

Une solide carrière militaire

En plus de sa PME installée à Aubonne, Yves Charrière est aussi un employé du Département de la défense. Il a en effet été nommé en 2018 brigadier et remplaçant du commandant de la division territoriale 1.

Cette dernière assure l’appui aux autorités civiles lors de situations extraordinaires, par exemple la pandémie durant laquelle Yves Charrière a été engagé dans le dispositif mis en place dans les cantons romands ainsi qu’à Berne. «Il s’agit d’une fonction à 30% dont l’échéance est fixée au 31 décembre de cette année. Je veux clairement m’investir pour Aubonne et je n’ai pas d’ambition politique au-delà.»

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.