Feu vert pour Isabelle Moret

Feu vert pour Isabelle Moret

Frédéric Borloz, Christelle Luisier et Isabelle Moret, mercredi soir à Tolochenaz. Photo: Philippoz.

Le PLR Vaud était réuni mercredi soir à Tolochenaz pour désigner sa liste de candidats au Conseil d’État. Et la conseillère nationale Isabelle Moret, citoyenne de Yens, a récolté le plus grand nombre de voix. Elle figurera sur le ticket à trois du parti, aux côtés de Christelle Luisier et Frédéric Borloz.

La salle polyvalente de Tolochenaz n’avait pas vu telle agitation depuis bien longtemps. Mercredi soir, elle accueillait le 38e congrès du PLR Vaud, réuni pour désigner sa liste pour la prochaine élection au Conseil d’Etat – et à guichet fermé, s’est réjoui le président du PLR Vaud Marc-Olivier Buffat. Avec une question centrale: le ticket allait-il contenir trois ou quatre noms?

Car pour rappel, cinq candidats s’étaient officiellement mis à disposition de la section cantonale du parti libéral-radical : la conseillère d’Etat en fonction Christelle Luisier, la conseillère nationale Isabelle Moret, le député au Grand Conseil Sergei Aschwanden, le conseiller national Frédéric Borloz et le député au Grand Conseil Alexandre Berthoud.

Or si la confirmation de la candidature de Christelle Luisier semblait ne faire aucun doute, le nombre de ses colistiers constituait la grande inconnue de la soirée. Finalement, les délégués ont opté à une écrasante majorité pour un ticket à trois candidats. « Inutile de partir la fleur au fusil. Il faut s’inscrire dans la continuité. Surtout qu’à gauche, ils seront unis ! », avait notamment fait valoir Marc-Olivier Buffat, président du PLR Vaud.

En tête du scrutin… mais dans un mouchoir de poche

« Quel canton voulez-vous demain?, avait demandé à l’assemblée la conseillère nationale au début son discours de présentation. Et dans cinq ans? Et dans dix, quinze ou vingt ans? »

L’élue à la Coupole fédérale a ensuite dévoilé les trois grands axes de sa politique: « une économie forte, des solutions innovantes contre le réchauffement climatique et une transition numérique accélérée ».

Son discours a convaincu les quelque 413 délégués PLR présents à la salle polyvalente de Tolochenaz. Isabelle Moret a récolté 230 voix, soit le plus grand nombre de suffrages. Mais le scrutin s’est joué dans un mouchoir de poche. La citoyenne de Yens est suivie par Frédéric Borloz avec 227 voix. Alexandre Berthoud et Sergei Aschwanden restent quant à eux sur la touche, avec 225 et 138 voix respectivement. Quant à Christelle Luisier, elle avait été élue à main levée avant même le premier scrutin, à l’unanimité.

Après l’approbation par la section morgienne du PLR, Isabelle Moret a désormais le feu vert de son parti au niveau cantonal. Ne lui reste donc « plus qu’à » convaincre la population jusqu’aux urnes. Au moment d’annoncer sa candidature dans nos colonnes, il y a un mois, la conseillère nationale décrivait son éventuelle accession au Château comme « une suite logique dans mon parcours, une façon de redonner à mon canton et mon parti ce qu’ils m’ont apporté. »

Pas de limitation des mandats

En ouverture de soirée, le président du PLR Vaud, Marc-Olivier Buffat, a parlé d’un « congrès historique » qui laissera des traces pour longtemps, évoquant le renouvellement de génération voulu par les instances du parti. « La bataille s’annonce compliquée et difficile », a-t-il affirmé, pour garder les trois sièges au futur gouvernement. La mini-surprise de la soirée aura finalement été le refus par le congrès de modifier les statuts du parti et de dire non à une limitation des mandats électoraux. La direction et le comité directeur du PLR Vaud avait prévu de la fixer à quinze ans au maximum, soit trois mandats, pour un élu PLR au gouvernement cantonal, et de 16 ans au maximum, soit quatre mandats, pour ses représentants à Berne. Après un débat nourri, l’assemblée a finalement voté de justesse, par 197 non contre 195 oui, de ne pas modifier les statuts actuels.

Texte: ATS

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.