Le Prix Jan Michalski de littérature 2020 révélé!

Le Prix Jan Michalski de littérature 2020 révélé!

Décernée pour la dixième année consécutive, la récompense de la Fondation Jan Michalski est allée à Mia Couto et sa trilogie «Les sables de l’empereur».

Le jury a salué « l’exceptionnelle qualité de l’écriture, mêlant subtilement oralité et narration, lettres, récits, fables, rêves et croyances, au coeur d’une réalité historique, le Mozambique à la fin du XIXe siècle aux prises avec la colonisation portugaise. Sans aucun manichéisme, l’auteur excelle à camper avec empathie des protagonistes confrontés à l’inhumanité de la guerre en leur offrant un souffle épique porté par la riche nature africaine.»

Lauréat du Prix Jan Michalski 2020, Mia Couto reçoit une récompense de CHF 50’000.- ainsi qu’une œuvre d’art choisie à son intention : une paire de sculptures uniques de l’artiste nigérian Alimi Adewale, Sans titre, 2019, en bois azobé, hauteur 47 cm.

Réalité historique et personnages fictionnels

Aujourd’hui Prix Jan Michalski 2020, Les sables de l’empereur de Mia Couto, récit initialement publié en trois tomes réunis en un volume pour l’édition en français, nous plonge dans le Mozambique de la fin du XIXe siècle, alors ravagé par les guerres qui opposent clans et colons. L’empereur Ngungunyane notamment, à la tête du royaume de Gaza au sud du pays, résiste longtemps aux ambitions de la Couronne portugaise, avant d’être défait, déporté à Lisbonne où il est exhibé avec sa cour comme un trophée, puis exilé aux Açores.

Au fil des trois parties de l’œuvre – Femmes de cendre, L’épée et la sagaie et Le buveur d’horizons –, Mia Couto narre autant qu’il questionne cette réalité historique par la voix croisée de deux personnages fictionnels : Imani Nsambe, une jeune Mozambicaine éduquée par des missionnaires portugais, et celui pour qui elle doit travailler en tant qu’interprète et à qui elle sera liée par un amour impossible, le sergent Germano de Melo. Ce dernier, envoyé en Afrique par la monarchie portugaise en raison de son idéologie républicaine, affiche sa distance avec sa hiérarchie.

Histoire d’amour et d’humanité

Flamboyante et douloureuse, l’épopée d’Imani et de Germano sera faite d’exils successifs, de tentatives de rapprochement et d’incompréhensions, de doutes et de violences, concentrant tout ce que peut produire le choc de la colonisation, avec cette particularité d’être raconté sur un mode polyphonique. Ces personnages aux identités plurielles, âmes éclatées, nous offrent alors par leur regard fragmenté de multiples perspectives sur l’histoire afin de mieux la comprendre.

Ainsi Les sables de l’empereur, à la fois fresque historique et conte envoûtant, puissant portrait de femme, histoire d’amour et d’humanité, réussit à faire se rencontrer l’ailleurs et l’ici. Avec une langue inventive, renouvelée par les territoires est-africains, irriguée d’une poésie singulière, Mia Couto interroge les croyances, mélange les mondes et floute les frontières dans une méditation universelle sur l’altérité.

Traduits dans plus de trente langues, ses textes ont reçu de nombreuses récompenses, dont le Prix Camões 2013 et le Prix Neustadt 2014 pour l’ensemble de son œuvre. Mia Couto est aujourd’hui considéré, tant par la critique que par ses pairs, comme l’un des écrivains africains les plus importants et l’une des voix lusophones les plus marquantes.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.