Une sentence irrévocable

Une sentence irrévocable

Les Morgiens ont donc renvoyé la Municipalité à ses études dimanche dernier concernant l’avenir du Parc des Sports. Un verdict qui ne représente pas franchement une surprise, le camp du «oui» partant de trop loin dans cette votation.

Orienté par les référendaires sur le Centre aquatique, le débat s’est sans doute joué sur l’émotionnel, reléguant au second plan certains enjeux cruciaux pour le site, notamment la construction d’un parking souterrain en lieu et place de la zone de stationnement actuelle ou la réalisation d’infrastructures sportives nécessaires à certains clubs.

L’exécutif – qui doit en avoir gros sur la patate – va donc devoir remettre l’ouvrage sur le métier. Mais peu soutenue durant la campagne par les partis politiques qui avaient pourtant largement validé sa vision ou les sociétés sportives qui n’ont pas voulu se mouiller, la Municipalité ne devrait pas mettre les bouchées doubles pour revenir rapidement avec un projet revu et corrigé, d’autant plus à moins d’une année d’une nouvelle législature.

Dans un premier temps, il va falloir digérer et accepter ce qui est devenu inévitable: la mort du Centre aquatique et de son caractère régional. Même si personne ne veut prendre la responsabilité de clamer haut et fort cette évidence, la sentence est tout simplement irrévocable.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.