L’EHC furax contre un reportage de la RTS

L’EHC furax contre un reportage de la RTS

L'Ensemble hospitalier de la Côte se défend de ne pas prendre correctement en charge les patients atteints par le Covid-19.

Mis en cause jeudi par le 19h30 de la RTS, l’Ensemble Hospitalier de la Côte a vivement réagi vendredi. L’enquête pointait du doigt l’hôpital, qui n’aurait pas respecter la directive cantonale l’obligeant de suspendre les opérations « non électives ».

« Contrairement à ce qui a été indiqué, l’EHC remplit pleinement sa mission de prise en soin des patients CoVID-19 et non CoVID-19, dans le parfait respect de la Directive cantonale sur la montée en puissance du dispositif sanitaire face à la deuxième vague de CoVID-19, édictée par le Département de la santé et de l’action sociale en date du 28 octobre 2020 », indique la direction de l’EHC.

Sur les 19 lits de soins critiques, à compter de ce vendredi, 14 l’étaient pour des patients CoVID-19 et 4 non CoVID-19. « Cela veut dire que les opérations et les actes ambulatoires réalisés à l’Hôpital de Morges n’engorgent aucunement nos lits de soins intensifs. »

Pic dépassé

Selon les chiffres fournis par l’EHC, ce dernier a dépassé cette semaine le pic de patients CoVID-19 gérés durant la première vague. « Aujourd’hui, nous prenons en charge 113 patients CoVID-19 avec 75 patients CoVID-19 hospitalisés dans des unités dédiées à l’Hôpital de Morges, dont 15 en soins critiques. L’Hôpital de Gilly accueille quant à lui 38 patients CoVID-19 dans des unités spécifiques. À ce stade, l’EHC est donc en pleine capacité de prendre en charge et de répondre aux besoins de tous les patients CoVID-19 qui comptent sur lui. En résumé, nous avons organisé et aménagé sur l’ensemble de nos sites, des unités qui nous permettent d’accueillir jusqu’à 130 patients CoVID-19 », poursuit encore le communiqué.

Depuis quinze jours, 90 % des lits dédiés à ces patients sont occupés et les soins intensifs de l’Hôpital de Morges n’accueillent plus de cas de chirurgie. « Le maintien de l’activité opératoire vise à prendre en soin les patients qui en ont le plus urgemment besoin. À l’instar d’autres institutions sanitaires du canton de Vaud, l’Hôpital de Morges a réduit son activité opératoire mais a maintenu les consultations et actes ambulatoires ainsi que les opérations qui ne pouvaient pas être différées sans conséquences pour la santé des patients ».

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.