L’agriculture quitte Marcelin au profit du post-obligatoire

L’agriculture quitte Marcelin au profit du post-obligatoire

C’était dans l’air depuis plusieurs années, le site de Marcelin sera désormais alloué exclusivement à la formation scolaire post-obligatoire.

Le Conseil d’État vient de prendre une série de décisions importantes liées au projet IMAGO. À terme, le site de Changins – en collaboration avec Agroscope – accueillera les cultures spéciales et les formations affiliées. Grange-Verney à Moudon recevra toute la formation agricole et l’administration de la DGAV. Le site de Marcelin sera dédié à la formation scolaire post-obligatoire. La cible budgétaire de l’ensemble du projet est fixée à 105 millions.

Alors que la fermeture du site de Changins semblait actée il y a plus de deux ans, la situation a complètement basculé. En cause, le nouveau pôle IMAGO visant le regroupement de la formation des métiers de la terre, des administrations publiques vaudoises liées à l’agriculture, de la recherche agronomique, ainsi que des partenaires.

Le site historique de Marcelin sera abandonné par la DGAV et deviendra un pôle dédié à la formation scolaire post-obligatoire. Le bâtiment désaffecté de l’internat sera démoli et laissera place à la construction d’une nouvelle salle de sport (14,5 millions hors budget IMAGO).
Changins accueillera – en collaboration avec la Confédération et Agroscope – les cultures spéciales (viticulture, arboriculture, cultures maraîchères) et toute la filière de formation et de recherche en viticulture. À cet effet, l’État prévoit notamment d’acquérir le bâtiment des caves.

Grange-Verney à Moudon abritera pour sa part la formation agricole, l’administration de la DGAV, qui nécessitera la construction d’un nouveau bâtiment, ainsi que les entités partenaires. Ce qui permettra la création d’un pôle dédié à l’agriculture comme souhaité dans le postulat initial déposé en 2010. La déserte en transports publics vers Moudon est jugée bonne par la direction générale de la mobilité et des routes. À terme, le site de Moudon accueillera environ 1200 personnes.

Le calendrier général de toute l’opération prévoit les premiers travaux en 2023 et 2025-2026 pour les déménagements.

Internat démoli

Concrètement, le site de Marcelin verra « l’internat » laisser place à une nouvelle salle de sport triple à l’horizon 2023. La réfection des terrains de sport est également prévue, ainsi que le réaménagement du parking de 152 places.

Quant aux vignes et vergers du site qui étaient alloués aux étudiants, une révision du Plan d’affectation devra déterminer ce qu’il en adviendra.

Après des années de formation des métiers de la terre et d’économie familiale, c’est une page qui se tourne pour ce site reconnu.

Prométerre réagit

Suite à l’annonce du Conseil d’État, l’association vaudoise des métiers de la terre, Prométerre a réagi via un communiqué de presse. Elle a annoncé «saluer l’avancée du dossier après dix ans d’attente, mais s’interroger sur le choix décentralisé de Moudon». Déçue de la volonté cantonale de renoncer au concept d’un pôle de compétence agro-alimentaire unique, Prométerre ajoute: «cette gestation prolongée du projet « Imago » n’a pas su laisser la place à une réflexion rationnelle quant à l’emplacement du site principal. En choisissant Grange-Verney près de Moudon, le Canton place dans une région excentrée un pôle de compétence appelé en théorie à accueillir, outre la formation et l’administration, les organisations professionnelles, à savoir non seulement Prométerre, mais aussi d’autres entités à caractère romand pour lesquelles une situation géographique mieux accessible est importante au regard de leurs connexions intenses avec le reste de la Suisse romande et les interlocuteurs nationaux. En outre, alors que l’agriculture doit plus que jamais s’ouvrir et communiquer avec le grand public et les villes, ce repli décentralisé laisse un certain goût d’inachevé.» L’association attend des autorités vaudoises davantage de précisions quant aux modalités du projet avant de se positionner quand à sa participation ou non à « Imago ».

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.