Impact de la crise moins sévère qu’escompté

Impact de la crise moins sévère qu’escompté

Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, Secretaire d'Etat et directrice du Secretariat d'Etat a l'economie SECO, de la Confederation Suisse. Photo: KEYSTONE/Martial Trezzini

Le produit intérieur brut (PIB) s’est contracté de 7,3% au deuxième trimestre, moins que la première estimation de -8,2%.

Les effets de la crise du coronavirus sur l’économie suisse se sont révélés un peu moins sévères qu’initialement annoncé. Le produit intérieur brut (PIB) s’est contracté de 7,3% au deuxième trimestre, moins que la première estimation de -8,2%, selon les indications fournies lundi par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco).

Le recul n’est reste pas moins « historique » depuis le début des données trimestrielles en 1980.

La résilience relative de l’économie helvétique s’explique par sa « structure sectorielle », ainsi que par la levée rapide des restrictions liées à la pandémie de Covid-19, précise le communiqué.

La baisse est quasiment généralisée, notamment dans l’industrie manufacturière, dont la situation s’est aggravée après révision. Ce secteur a accusé un recul de 10,3%, contre -9,0% lors de la première annonce. La chimie et la pharma, en hausse de 0,3%, n’ont pas permis d’enrayer la tendance négative. L’hébergement et la restauration a dégringolé de 50,4%.

Les dépenses de consommation ont plongé de 8,1% (-8,6% avant révision) dans le sillage des restrictions mises en place pour lutter contre la pandémie. Les investissements en biens d’équipement se sont étiolés de 10,0% (-11,7%).

Amélioration pour les exportations de marchandises

La révision montre une évolution nettement plus favorable pour les exportations des marchandises à -6,5% (-9,4%), bien que les statistiques demeurent dans le rouge. Les exportations de services n’ont bénéficié que très modérément du nouveau calcul (-15,3% contre -15,9% précédemment).

Le Seco a également revu les chiffres pour le premier trimestre, avec une baisse constituant les prémices de la récession à venir. Le PIB suisse a accusé une baisse de 1,9%, à comparer au repli de 2,5% de la première estimation.

Le Seco et l’Office fédéral de la statistique (OFS) ont revu leurs calculs suivant des « recommandations internationales », explique le communiqué. La publication des données trimestrielles inclura désormais la valeur ajoutée dans l’industrie et le commerce, sans que cela n’affecte l’interprétation conjoncturelle des chiffres.

Les instances fédérales se sont également penchées sur les chiffres des années précédentes, les révisant également à la hausse. En 2019, le PIB a progressé de 1,1%, légèrement plus que l’augmentation de 0,9% initialement annoncée.

Pour 2018, la croissance s’est fixée à 3,0% (+2,8% précédemment). Sur la période allant de 1995 à 2017, le PIB a crû entre 2,8% et 3,6%.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.