Carte blanche: Se taire, écouter et se laisser embarquer

Carte blanche: Se taire, écouter et se laisser embarquer

En compagnie de Jean Troillet lors de la rencontre en 2012.

Il est des moments dont on se régale. C’était le cas en 2012 lorsque je suis allé à La Fouly en Valais pour deux heures de discussion passionnante avec l’alpiniste Jean Troillet.

Je m’en souviens presque comme si c’était hier. C’était au début du mois de mars 2012. Après deux heures de voiture, je débarquais à La Fouly, petite station de ski du Val Ferret, encore recouverte de plusieurs centimètres de neige. C’est là que vit l’alpiniste Jean Troillet. À mon arrivée, le village était comme mort, la saison hivernale touchant à sa fin.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.