Robots de traite: «Il faut être un vrai mordu de bétail»

Robots de traite: «Il faut être un vrai mordu de bétail»

Didier Roch (à g.) et Stéphane Teuscher ont fait l’acquisition de deux robots de traite Dulaval il y a seize ans. Crédit: Moesching.

Pionniers du robot de traite dans la région, Didier Roch et Stéphane Teuscher ne se tournent pas les pouces pour autant. Ils doivent désormais faire des choix décisifs pour l’avenir de leur exploitation.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.