«Pas envie d’être militaire à vie»

«Pas envie d’être militaire à vie»

Elle est Suissesse. Il est Érythréen. Elle a toujours vécu ici. Il est arrivé il y a quelques années, après avoir fui son pays. Alice et Henok ont vu leurs chemins se croiser dans le cadre de l’Action parrainage, projet qui met en lien des gens vivant en Suisse depuis longtemps avec des hommes et des femmes en exil. Histoire d’une rencontre.


«Pourquoi ai-je fui mon pays? À cause de la dictature. J’étais militaire et je n’avais pas envie d’être forcé de faire l’armée toute ma vie.» Arrivé en Suisse il y a six ans, Henok (prénom d’emprunt) a laissé derrière lui sa patrie, l’Érythrée, que certains observateurs n’hésitent pas à classer parmi les pires régimes autoritaires du monde.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.