Chlorothalonil: les communes se sentent abandonnées

Chlorothalonil: les communes se sentent abandonnées

Charly Viquerat (à droite) avec le fontainier de la commune, Jean-Marc Mérinat. Photo: Bovy

Depuis plusieurs mois, le chlorothalonil ne cesse de faire parler de lui. Interdit depuis le 1er janvier, le fongicide serait potentiellement cancérigène. Mais les communes se retrouvent bien seules face à ce problème.

Le sujet est sur la table de tous les municipaux en charge de l’eau dans le district. En 2019, l’Association des chimistes cantonaux de Suisse attire l’attention sur une contamination de l’eau de boisson par un métabolite du chlorothalonil, une substance active présente dans les produits phytosanitaires en tant que fongicide (voir encadré) et qui serait potentiellement cancérigène. Utilisée depuis des années pour combattre des maladies dans les cultures, la molécule, en se dégradant, produit des résidus – appelés métabolites – dont certains ont contaminé les eaux souterraines alimentant la population.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.