Un motard flashé à 149km/h à Echichens!

Un motard flashé à 149km/h à Echichens!

Lundi 20 juillet 2020, vers 14h44, une moto a été contrôlée à 149 km/h au lieu des 80 km/h autorisés à cet endroit. Le conducteur, un ressortissant suisse âgé de 66 ans, s’est vu retirer son permis de conduire.

Lundi 20 juillet 2020, vers 14h44, une moto a été flashée lors d’un contrôle radar effectué par le personnel spécialisé de la Police cantonale vaudoise au moyen d’un appareil de mesures immobile CES Laser sur la commune d’Echichens, au lieu-dit « Bois des Crêts ». La vitesse constatée était de 149 km/h (145 km/h après déduction) en lieu et place des 80 km/h autorisés à cet endroit. Le contrôle s’effectuant sans poste d’interception, cet usager, un ressortissant suisse de 66 ans, domicilié dans la région, a été contacté téléphoniquement et s’est présenté dans les locaux de la Police cantonale au Centre-Blécherette où il a été entendu en présence d’un avocat. Il a reconnu les faits et son permis de conduire lui a été retiré. Une procédure pénale a été ouverte auprès du Ministère Public de l’arrondissement de la Côte.

Ce cas représente un délit de chauffard et, pour rappel, selon les dispositions de Via Sicura entrées en vigueur le 1er janvier  2013, il y a délit de chauffard lorsque la vitesse maximale autorisée a été dépassée :

  • d’au moins 40 km/h sur les tronçons limités à 20 et 30 km/h
  • d’au moins 50 km/h sur les tronçons limités à 50 km/h
  • d’au moins 60 km/h sur les tronçons limités à 80 km/h
  • d’au moins 80 km/h sur les tronçons où la limite est fixée à plus de 80 km/h.

Le délit de chauffard est passible d’une peine privative de liberté d’un à quatre ans. A cette sanction s’ajoute une mesure du retrait du permis de conduire d’au moins deux ans sans compter la confiscation du véhicule utilisé qui peut être prononcée par l’autorité de jugement.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.