Sa «combine» à lui, c’est les trains

Sa «combine» à lui, c’est les trains

Philippe Gut dans son musée appelé «Combinateur II» en hommage au nom des appareils de mise en marche des trains qu’il a conduits durant 40 ans. Photo: Bovy

Véritable féru de train et de chemin de fer, Philippe Gut possède son propre espace d’exposition, chez lui. Découverte d’une caverne d’Ali Baba.

On ne s’y attend pas. Mais en descendant Praz Béné, un peu après la caserne militaire, on comprend rapidement que l’on pénètre dans un univers particulier. D’immenses écriteaux indiquant «Courtételle», «St-Prex» ou encore «Allaman» côtoient des feux de signalisation, des numéros de quai et des signaux lumineux que l’on trouve généralement au bord de voies de chemin de fer.

À l’entrée, un bouton d’allumage enclenche une sonnette de train et Philippe Gut surgit un sourire inamovible collé aux lèvres à l’évocation de sa passion. «Ma maman m’a toujours dit: ....
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.