Coronavirus: Vaud serre la vis aux cafetiers-restaurateurs

Coronavirus: Vaud serre la vis aux cafetiers-restaurateurs

Photo: Keystone

Les conseillers d’État Rebecca Ruiz et Philippe Leuba annoncent que les contrôles seront intensifiés afin que les mesures sanitaires soient appliquées dans les bistrots.

C’est une lettre au ton aimable mais ferme. Elle a été adressée ce mercredi à tous les membres de GastroVaud par les conseillers d’État Rebecca Ruiz, cheffe du Département de la santé, et Philippe Leuba, en charge de l’Économie. Son objet? Signifier aux cafetiers et restaurateurs vaudois que les contrôles vont désormais s’intensifier pour s’assurer que les mesures imposées dans le cadre de la crise sanitaire sont strictement appliquées. Un carton jaune à l’ensemble de la branche? «Non. De gros efforts sont consentis par une immense majorité des établissements, mais il ne faut pas que quelques moutons noirs pénalisent tout le troupeau», image Philippe Leuba.

Éviter une deuxième vague

«Nous sommes conscients que vous faites face à des contraintes nombreuses, toutefois ces dernières sont indispensables afin d’éviter une deuxième vague Covid-19 et le risque d’un nouveau semi-confinement, aux conséquences sanitaires et économiques catastrophiques», écrivent les deux conseillers d’État. Et ces derniers de préciser que «ceux qui prennent des libertés avec les obligations sanitaires font courir le risque à toute la branche de se voir imposer des contraintes supplémentaires». Philippe Leuba ajoute: «Nous constatons un resserrement partout en Europe. Par cette lettre, nous préférons prévenir plutôt que sanctionner.»

Chez GastroVaud, on se félicite du dialogue qui prévaut avec les autorités cantonales. «Et nous aussi, nous préférons un avertissement plutôt que des sanctions immédiates. Dans d’autres cantons, cette discussion n’existe pas», se réjouit Gilles Meystre, son président. Selon lui, on ne constate pas un relâchement dans l’application des mesures sanitaires dans la restauration. Il souligne toutefois que si certains font de «réels efforts», d’autres n’en font malheureusement pas, au risque de pénaliser tout le monde au final. «Cela s’est notamment vu à Genève dans le milieu de la nuit.

On ne veut pas que cela nous arrive ici

Gilles Meystre

 

Intensifier les contrôles ne signifie pas qu’ils ont été peu nombreux jusqu’à présent. Ainsi, depuis le 3 juillet, il en a été effectué 1127 dans les établissements disposant d’une licence «assis» (café et restauration) et 40 dans ceux qui sont au bénéfice d’une licence «debout», du type discothèque. À titre de comparaison, il y a eu 1442 contrôles dans les magasins durant la même période. Pour quels enseignements? Philippe Leuba: «Globalement, on constate que les problèmes se situent davantage dans les zones publiques, comme les parcs accessibles à tous, que dans les commerces. Il faut toutefois veiller à ce que la discipline demeure.» Et les deux conseillers d’État d’en appeler au sens des responsabilités des cafetiers et des restaurateurs, «un sens que nous savons grand».

Les recommandations de GatroVaud

Les dernières directives de GastroVaud en matière de mesures sanitaires à appliquer par ses membres datent du 6 juillet dernier. Deux types d’établissements sont distingués.

Premièrement, les établissements où le client consomme assis. Une distance minimale de 1,5 mètre doit être maintenue entre les groupes de consommateurs (dès deux personnes).

Seule la pose de cloisons est autorisée pour réduire cette distance. Autant que faire se peut, des dispositifs de collecte des données aux fins d’identification des personnes sont mis en place, sur les terrasses comme à l’intérieur de l’établissement. À défaut d’un dispositif fiable de collecte des données, le port du masque pour le personnel servant en salle et sur les terrasses est obligatoire. Il en change toutes les quatre heures. Deuxièmement, les établissements où la consommation se fait debout. Il s’agit des nightclubs, des discothèques, des salons de jeux, des cafés-bars ou des terrasses avec des tables hautes et sans chaises. La collecte des coordonnées de chaque client à l’entrée est obligatoire. Le port du masque pour le personnel et la prise de température des clients à l’entrée de l’établissement sont fortement recommandés.

Pour rassurer les clients et «éviter des soucis lors de contrôles», GastroVaud recommande de mettre à leur disposition un désinfectant à l’entrée de l’établissement, à proximité des WC et sur les terrasses. Les surfaces de contact doivent être régulièrement nettoyées (comptoir, poignées, dossiers de chaises, tables après chaque client).

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.