Galeries Vidéos Abonnez-vous

Immersion au pays du Soleil Levant


Emilie Wyss 
Rencontre avec l'équipe déco du giron LCGS.

Dès le passage de la tori (ndlr: portique rouge, typique des temples japonais) à l’entrée de la place de fête, on a l’impression de s’être téléporté à 10 000 km de la Suisse et d’avoir atterri en plein cœur du Japon. Cette immersion a été rendue possible grâce à des semaines de préparation et une équipe décoration motivée.  

C’est en effet depuis le mois de novembre déjà qu’Alexis Perret, Coline Dumauthioz, Marie Etienne, Lise Crottaz et Oscar Guex se sont attelés à l’élaboration des panneaux, toris et autres arrangements qui ornent le lieu de manifestation. «Si on veut faire le calcul, on peut compter environ 15 personnes, bossant chacune 8 heures par semaine sur une période de quatre mois», précise le groupe. Des centaines d’heures donc pour assurer des décorations en adéquation avec la vente de sushis et de saké. 

À découvrir aussi: "Le temple de la nourriture".

Bien entendu, pour pouvoir bricoler en hiver, il faut un lieu adapté. Après une journée dans un hangar froid, le groupe a finalement déniché une solution idéale: l’auberge de Senarclens, en attente de démolition. «C’était l’endroit de rêve, développe Marie Etienne. Nous avions de la place pour travailler et pour stocker le matériel, ainsi qu’une cuisine, ce qui nous permettait de manger sur place.»

Projection

Paramètre un peu délicat pour l’équipe: réussir à imaginer la tournure des décorations sans place de fête montée. «L’équipe construction nous a donné un plan, ce qui nous a permis de nous projeter», détaille Lise Crottaz. Et Marie Etienne de compléter: «On a souhaité créer une continuité entre les bâtiments à l’aide de palissades décorées.» Bien entendu, avec une préparation aussi anticipée, il y a toujours une part d’adaptation à prendre en compte. «Les panneaux ont été réalisés en hiver, puis une fois que la place de fête commençait à être montée, on a pu améliorer certaines parties directement à l’intérieur des bâtiments», ajoute Marie Etienne.

Et en ce qui concerne les inspirations japonaises, les membres de l’équipe ont dû s’informer en profondeur sur le thème. «Les idées sont venues petit à petit en nous renseignant sur ce pays, décrit Coline Dumauthioz. Aucun de nous n’y est allé, mais des connaissances nous ont indiqué les endroits incontournables et certaines traditions.» De plus, chacune des propositions de décorations a été discutée entre les cinq personnes de la commission. «C’était une vraie collaboration. On se réunissait en assemblée, on prenait le temps de réfléchir à ce qui conviendrait le mieux et finalement on finissait par trouver un accord général», confirme Lise Crottaz.

Et si d’habitude on entend, «les filles à la déco, les mecs à la construction», ce groupe en question atteint presque la parité, même si Oscar Guex et Alexis Perret se sont plutôt attelés l’aspect matériel des ornements. «J’ai rejoint cette commission un peu à la der, sourit Oscar Guex. J’effectue un apprentissage en menuiserie, donc je me suis surtout occupé de couper les panneaux et de les mettre en place.» De son côté, Alexis s’est penché sur la partie plus «logistique», en commandant notamment la peinture adéquate et en quantité suffisante.

Bref, un travail d’équipe de plusieurs mois qui a été finement réalisé grâce aux compétences complémentaires de ces membres motivés.

Edition N° 40
ven 19.10.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
MyRun4Help, une course à vivre
La course à pied pour soutenir les familles de Yanis et Marilou s’est à nouveau conclue sur un ...