Galeries Vidéos Abonnez-vous
Morges | Gabrielle Maier
Elle était une figure du commerce local
Hommage

Avec son mari, elle a exploité la confiserie éponyme à laquelle le couple a donné un essor qu'a poursuivi leur fils Richard.

«Travailleuse, sévère et aimante, très appréciée des clients, des collaborateurs et des enfants qui recevaient toujours un petit chocolat ou un biscuit...» C’est en ces termes que Richard Maier brosse le portrait de sa maman, Gabrielle, décédée le 2 octobre dans sa 99e année et dont les obsèques ont eu lieu dans l’intimité de la famille.

Les qualificatifs dont use le fils illustrent la riche et forte personnalité de Gabrielle Maier qui a été une figure marquante du commerce local.

Cadette d’une famille de neuf enfants dont la mère, Ida, fut cuisinière d’Ignace Paderewski, Gabrielle Gottraux naît le 13 juillet 1920. Pas avec une cuillère d’argent dans la bouche : c’est dans des orphelinats qu’elle passe son enfance.

Alors qu’elle travaille comme vendeuse dans une confiserie genevoise, elle fait la connaissance de John Maier qui œuvre au laboratoire. Ils se marient en février 1950 et de leur union naîtront Richard (1951) et Christiane (1954).

Le couple vit à La Neuveville, où il exploite un commerce, puis à Saint-Gall, canton d’origine de John Maier. Mais Gabrielle a la nostalgie de la Suisse romande que le couple rejoint en 1957 en reprenant la renommée confiserie Hugonnet à la rue Louis-de-Savoie à Morges. Commerce qui périclitait après avoir passé en d’autres mains.

«Avec son mari, elle a développé et transformé à plusieurs reprises le commerce pour en faire une belle enseigne», souligne Richard Maier qui, en 1981, reprend un commerce aujourd’hui exploité par Christian Boillat dans un bâtiment profondément transformé. «Au moment  de la démolition et de la transformation de la confiserie, elle me disait: C’est bien! Papa a toujours voulu faire ça! Et elle a apprécié qu’un ancien apprenti ait repris le flambeau.», poursuit Richard Maier.

Par la suite, Gabrielle Maier a secondé sa fille Christiane qui a marqué de son empreinte le tea-room L’Escale qu’elle a exploité durant 35 années et qui a été rayé de la carte consécutivement au remodelage complet du quartier de la gare. Fille qui a eu l’occasion d’exprimer concrètement sa reconnaissance envers sa maman en l’entourant tendrement au crépuscule d’une existence vécue à Tolochenaz.

 

   08.10.2018
Hommage

Nos chers disparus

Rudolf Kubler

Ancien directeur de la Verrerie, c'était un ...

André Guex-Joris

Ancien archiviste de la Ville de Morges, ...

Rodolphe Schelbert

Avec distinction, il a dirigé durant 18 ans l'Hôtel ...

Edward Demont

« C'était un « fondu » de sport ! » Ces mots de ...

Georges Morand

L'engagement de Georges Morand pour la collectivité a ...

André Cruchon

Quand, le 26 avril 1990,André Cruchon a pris une ...

Edition N° 40
ven 19.10.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
MyRun4Help, une course à vivre
La course à pied pour soutenir les familles de Yanis et Marilou s’est à nouveau conclue sur un ...