Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

vaud

Une manif’ «indispensable»

Raphaël Cand 29.03.2019 10:11
Directeur de l'École Hôtelière de Lausanne, Michel Rochat est le président de l'Office des vins vaudois. Cand

Tout neuf président de l’Office des vins vaudois, Michel Rochat estime que l’existence de salons des vins comme Divinum est indispensable pour faire la promotion des crus vaudois au niveau local.

Promouvoir les crus du canton en Suisse et ailleurs, telle est la mission de Michel Rochat. Le directeur de l’École Hôtelière de Lausanne a succédé à Pierre Keller au poste de président de l’Office des vins vaudois le 1er janvier. Il se réjouit de poursuivre le travail réalisé depuis de nombreuses années.

- Michel Rochat, pourquoi avoir accepté cette fonction?

- C’est un moyen de rendre service. J’ai un réseau intéressant en Suisse et à l’étranger. Je le mets à disposition pour assurer la promotion et le développement des vins vaudois. Cela nous a, par exemple, permis dernièrement d’organiser une fondue avec des crus de notre canton sur le toit de l’hôtel Ritz-Carlton de Hong Kong, à près de 500 mètres de hauteur. On ne vend pas ainsi des milliers de litres, mais un tel événement attire du monde et crée de la notoriété.

- Quels sont pour vous les défis actuels de l’Office des vins vaudois? 

- Le principal est de reconquérir les marchés de proximité. En particulier la Suisse alémanique. J’adore nos voisins qui vivent de l’autre côté de la Sarine, mais ils ont un gros défaut: ils consomment trop de vins italiens. Ils devraient s’intéresser un peu plus aux crus vaudois comme ils le faisaient à l’époque. C’est donc un des endroits où l’on veut redévelopper la promotion de notre image. Pour cela, il y a plusieurs manières de procéder. Les méthodes à grand-papa consistaient à aller dans les bars et servir des verres à tout le monde ou à être présent dans les comptoirs. Ça, c’est terminé. Cette année, on va animer des événements haut de gamme et en faire la promotion sur les réseaux sociaux. J’espère que tous les geeks de Zürich viendront boire un coup. On souhaite vraiment relancer un mouvement de sympathie envers nos vins. Surtout que toute la nouvelle génération consomme local.

- Quel est votre point de vue sur l’évolution des vins vaudois ces dernières années?

- Je trouve que qualitativement, un énorme effort a été réalisé. Il y a quelque temps, on n’avait pas la diversité d’aujourd’hui. Avec les différentes appellations, l’apparition de cépages rouges comme le Merlot, on a un environnement exceptionnel. La particularité de notre canton est que vous pouvez aller dans les Côtes de l’Orbe, le Lavaux, le Chablais ou sur la Côte, vous avez des paysages extraordinaires et à chaque fois le vin qui se marie avec. C’est une diversité que l’on ne retrouve nulle part ailleurs et un énorme atout. Beaucoup de nos visiteurs durant les Caves ouvertes devraient en profiter en visitant plusieurs régions au lieu de rester à un seul endroit comme le font beaucoup de personnes. 

- Dans le contexte actuel, un salon des vins tel que Divinum a-t-il encore de l’importance?

- Oui, énormément. C’est du travail de promotion à l’échelle locale qui est indispensable. Cela permet à tout le monde de connaître la diversité des vins du coin. Le Vaudois a souvent une mauvaise habitude. Une fois qu’il achète ses bouteilles chez un vigneron, il reste chez le même. Il faut varier un peu. Une manifestation comme Divinum est l’occasion de découvrir des choses différentes et de faire évoluer ses goûts. L’existence de ce genre de salons est donc fondamentale.

- Mais au fait, c’est quoi le vin pour vous?

- Un produit en totale association avec la nature. Un produit de la terre. Un produit enraciné dans sa région. Quand vous buvez un verre de vin, vous intégrez le paysage dans lequel vous êtes. C’est une communion avec votre environnement.

Retrouvez en lien notre micro-trottoir sur les manifestations morgiennes

- Personnellement, vous êtes plutôt blanc, rosé ou rouge?

- J’adore le vin blanc. Je suis un vrai Vaudois!

- Et aimez-vous un cépage en particulier?

- Si je vous dis que je suis fan de chasselas, vous allez penser que je le prétends uniquement pour mettre en avant un cépage bien de chez nous, mais je ne mens pas. Boire un petit verre à la fraîche en fin de journée tout en admirant le paysage, c’est le pied. Malheureusement, je ne m’offre pas assez souvent ce cadeau. 

L’actu en images

Journal de Morges
Cantonale 2019 Cortège - II
Le cortège de la Cantonale de Savigny s'est déroulée sous le ...
Journal de Morges
Cantonale 2019 Cortège - I
Le cortège de la Cantonale de Savigny s'est déroulée sous le ...
Journal de Morges
La Coquette 2019
Un programme (gratuit) digne d’un festival, un cadre idyllique et ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète
À Morges, l’association Ecojardins a fait naître de ...
Voyage dans le temps
Années 80: Helga Domeyer a créé la bibliothèque de ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Bremblens
Deux sœurs ont transformé une ancienne salle de classe ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

livre de l'été

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 28
ven 19.07.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Le tube de l'été (2/6)
Chaque semaine, nous vous proposons un tube à (ré)écouter cet été. Cette semaine, "Laissez-moi ...