Galeries Vidéos Abonnez-vous

Pétition

Lutte contre les agences sociales qui ferment

Raphaël Cand 02.11.2018 09:41

Près de 500 personnes ont signé une pétition contre la fermeture de l’agence d’assurances sociales du village et la centralisation des services à Morges. 

La colère gronde à la suite de la fermeture en juin par l’ARASMAC (Association régionale pour l’action sociale Morges-Aubonne-Cossonay) des agences d’assurances sociales de Saint-Prex, Aubonne et Préverenges. Plus précisément du côté du dernier village cité où une pétition a été signée par quelque 500 personnes. Le texte s’oppose à la centralisation à Morges des services destinés à informer la population sur des prestations telles que l’AVS, l’AI ou les allocations familiales.

«Nous sommes bien conscients que les autorités ne vont pas rouvrir une agence à Préverenges, concède Anne Pictet Vallon. Des solutions pourraient néanmoins être trouvées pour pallier les nombreux problèmes.» La membre du comité de l’Entente préverengeoise, qui est à l’origine de la démarche, pense notamment à la difficulté pour certaines personnes d’accéder aux locaux où elles doivent désormais se rendre. «Le bâtiment situé à l’avenue de Lonay n’est pas localisé le long d’une ligne directe de bus passant par Préverenges, analyse Anne Pictet Vallon. Ce qui oblige les gens à traverser le passage sous-voie de l’arrêt CFF Morges-St-Jean, en pente et mal éclairé. Un vrai défi pour des individus en situation de handicap ou à mobilité réduite.»

Un avis partagé par Verena Eggenberger, membre de l’Entente et présidente de l’Association Soleil d’Automne regroupant tous les retraités de Préverenges, qui ajoute que «les portes de l’immeuble sont lourdes et constituent un sas impossible à franchir seul si on est en fauteuil roulant ou en déambulateur». 

«Peu d’intimité»

Les deux femmes regrettent également que les locaux de l’ARASMAC offrent peu de confidentialité aux bénéficiaires de prestations. «Les bureaux ne sont pas séparés. Quelqu’un peut se retrouver à parler de sa situation financière ou de choses personnelles à côté d’une connaissance», remarque Anne Pictet Vallon.

Pour remédier à tout cela, les frondeuses ont quelques idées en tête. «On pourrait, par exemple, imaginer que les collaborateurs se déplacent à domicile dans certains cas particuliers», précise Verena Eggenberger.

À lire également: Le référendum de retour, 2 ans après

Une réunion avec les autorités a d’ailleurs été agendée au 15 novembre pour discuter des problèmes et tenter de trouver des solutions. Du côté de la présidente de l’ARASMAC justement, on affirme vouloir écouter les revendications. «On verra ce qu’ils vont nous dire, soutient Sylvie Podio. En l’état, je peux simplement indiquer que l’agence en question n’est pas nouvelle. On y reçoit des gens depuis longtemps et s’il y avait des soucis liés, par exemple, à la confidentialité, on le saurait. Et pour ceux qui ont de la peine à se déplacer, ils peuvent s’adresser au Centre médico-social Morges Est pour être aidés.»

L’actu en images

Journal de Morges
Spectacle Alka-Jars 2018
la Compagnie de l'Alka-Jars a joué au théâtre du PONTET à ...
Journal de Morges
Les Branle-Cloches 2018
La troupe des Branle-Cloches crée en Suisse une œuvre amusante de ...
Journal de Morges
Night Run 2018
Samedi 3 novembre, les amoureux de course à pied se sont donné ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

humour
Brigitte Rosset et Frédéric Recrosio rient en duo de ...
Apples
En signant la Charte des Jardins, chacun s’engage à ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Apples
L’Association Nature et Patrimoine d’Apples et environs ...
Edition N° 44
ven 16.11.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
810 arbres plantés pour la biodiversité
L'Association Nature et Patrimoine de Apples a planté 810 arbres pour la biodiversité à ...