Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Spécial gymnasiens

Les enjeux et risques liés aux régimes sans viande

Bodgan Kulyk, Romane Marquis et Samuel Meyer 27.12.2019 10:35
Illustration: Dominique Marquis

Tendance actuelle cristallisant les avis, le véganisme demeure peu ou mal connu. Petit tour d’horizon de ce régime alimentaire, basé sur un sondage effectué auprès de nombreux gymnasiens.

C’est un chiffre impressionnant: plus de 90% des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage réalisé au gymnase de Morges se demandent si le véganisme est un régime alimentaire sain. «C’est difficile de manger équilibré et on a vite des carences», dit une élève de 15 ans. Point de vue partagé par une camarade: «Les gens ne se rendent pas compte des carences causées par le véganisme et oublient donc de prendre des compléments ou autre...»

Des propos que confirme Lucie Benacchio, diététicienne à Gland. «Les personnes qui ne consomment pas du tout de produits d’origine animale - ni œufs ni produits laitiers - peuvent souffrir de certaines carences à la longue. Vitamine B12, vitamine D, fer, calcium et acides gras polyinsaturés sont les principaux nutriments qui peuvent être en déficit, et ces insuffisances sont susceptibles de poser un risque pour la santé. Par exemple, le manque en vitamine B12, qui se trouve en majorité dans le lait, le poisson, la viande et les œufs, entraîne des troubles de la concentration et de la mémoire. Toutefois, il y a de plus en plus de produits pour les végétariens et les végétaliens qui sont enrichis en vitamine B12, comme des compléments alimentaires.»

Dans un rapport de 2017, la Commission fédérale de la nutrition s’exprime également sur le sujet: «Un régime végétalien bien planifié et supplémenté pourrait en théorie couvrir les besoins nutritionnels, mais les résultats montrent qu’en réalité, des carences sont fréquentes pour certains nutriments. Si des sujets hautement motivés veulent adopter ou conserver un régime végétalien, ils devraient être informés des directives alimentaires, des besoins en supplémentation et des précautions de suivi possibles.»

Autres dimensions

Toutefois, les enjeux du véganisme ne sont pas qu’alimentaires. Les véganes dénoncent toute l’industrie animale. Ils abandonnent aussi, par exemple, la laine, le cuir, les cosmétiques testés sur des animaux et, pour certains, les sports hippiques. «Une bonne partie d’entre eux le fait pour de bonnes raisons et ne dérange personne. Mais il y a une minorité, beaucoup trop mise en avant sur les réseaux sociaux et dans les médias, qui considère que personne ne devrait manger de viande et souhaiterait contraindre les autres à ne plus en consommer. Ce qui m’agace grandement», développe une élève dans le cadre du sondage réalisé. 

C’est cette minorité qui vandalise des boucheries, saccage des abattoirs et détruit des élevages. Une végétarienne regrette que l’on mette tout le monde dans le même panier: «Les casseurs font beaucoup de bruit et décrédibilisent le mouvement. La plupart des véganes et des végétariens sont pacifiques.»

Antispécisme

Mais pourquoi devient-on végane? Principalement pour des raisons éthiques et écologiques, ont répondu deux tiers des sondés.

Il faut alors introduire les notions de spécisme et d’antispécisme. En effet, en s’identifiant à l’une ou l’autre de ces façons de penser, l’avis d’un tel sur la condition animale divergera fondamentalement. Les spécistes considèreront qu’il existe une hiérarchie entre les animaux, et par conséquent, ils accorderont une importance plus conséquente à une espèce qu’à une autre. Ils considèreront aussi que l’être humain est supérieur aux autres espèces animales, alors que les antispécistes s’opposeront à cette vision et accorderont une estime d’ordre éthique aux animaux selon d’autres critères que simplement leur espèce, sans toutefois chercher l’égalité des droits.

À lire également: Gymnasiens accros à la clope

Finalement, précisons que, selon le rapport annuel 2018 du forum EAT, seuls 3,5% de protéines animales devraient composer une alimentation équilibrée et que chacun peut décider si il souhaite remplacer cette part de protéines et les autres nutriments nécessaires à sa santé par des alternatives végétales. Les articles scientifiques sur ces sujets sont nombreux, et il est donc libre à chacun, en s’informant par diverses sources, de se forger une opinion et de suivre le mode de vie qui lui convient. 

L’actu en images

Journal de Morges
La Villanelle 2020, Colombier
Le week-end du 17 au 19 janvier, La Villanelle a présenté ses ...
Journal de Morges
Coupe des glaces 2020
Le samedi 11 janvier, de nombreux "givrés" se sont jeté au lac ...
Journal de Morges
Noël de l'UCAB 2019
L'UCAB a organisé son traditionnel Noël le 14 décembre 2019.
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Tolochenaz
Les habitants se prononcent dans deux semaines sur un ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Le géant a quitté la Rue des Sablons en fin d’année ...
L'isle
Ce jour, peu après 07h00, un accident de la circulation ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 03
ven 24.01.2020
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Lavigny
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. ...