Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Denens

Elle s’engage pour la défense des baleines

Carole Thévenaz 09.12.2017 15:05

Alors que certains choisissent de bronzer sur les plages durant l’été, la citoyenne de Denens Alice Perey s’est engagée à travailler sans relâche au profit de l’association Cétamada, active dans la défense des baleines à bosse à Madagascar. 

Après dix jours de formation à Sainte-Marie au centre de l’île, elle s’est installée à l’ouest. Menant des excursions en mer avec les touristes, elle a eu l’occasion de leur transmettre des informations sur les baleines à bosse, mais surtout de répertorier les individus de cette espèce protégée en les prenant en photo dès qu’ils sortaient de l’eau. «On les différencie par les tâches sur leur queue, explique-t-elle. Un peu comme notre ADN, il n’y en a pas deux pareils.» Au cours de son séjour, la jeune femme en a comptabilisé plus de 230.

Identifier les dangers

Pourtant, depuis des décennies, les baleines à bosse souffrent de la pollution générée par l’homme. Les massifs filets de pêche, les sacs plastiques qui terminent à la mer ou encore les nuisances sonores entraînent la disparition progressive de ces animaux marins. «Beaucoup d’entre eux s’orientent par l’ouïe, expose Alice Perey. Mais les nombreuses perturbations auditives les déstabilisent et ils risquent de s’échouer.» Pour impliquer la population locale, elle s’est également rendue dans les écoles accompagnée d’un traducteur. 

«Pour protéger cette espèce, il faut savoir présenter des alternatives de revenu à la population», explique l’étudiante en communication. Une réalité que l’association Cétamada a bien comprise. Elle propose notamment de l’argent en échange de tortues vivantes afin d’éviter qu’elles soient abattues une fois attrapées dans un filet de pêche.  

Alice Perey en sait long sur les baleines à bosse. Elle explique qu’à la naissance, l’animal pèse déjà 600 kilos et consomme 100 litres de lait par jour. Une fois adulte, il mesure en moyenne quinze mètres. «Les baleines restent mystérieuses, rappelle-t-elle. L’accouplement n’a jamais pu être observé, personne ne sait comment elles se reproduisent.» 

La scientifique n’imagine pas son avenir sans s’engager pour les plus démunis. «J’aimerais travailler dans un orphelinat.» De son expérience à Madagascar, elle garde en souvenir un peuple accueillant et très sympathique.

L’actu en images

Journal de Morges
Cantonale 2019 Cortège - II
Le cortège de la Cantonale de Savigny s'est déroulée sous le ...
Journal de Morges
Cantonale 2019 Cortège - I
Le cortège de la Cantonale de Savigny s'est déroulée sous le ...
Journal de Morges
La Coquette 2019
Un programme (gratuit) digne d’un festival, un cadre idyllique et ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète
À Morges, l’association Ecojardins a fait naître de ...
Voyage dans le temps
Années 80: Helga Domeyer a créé la bibliothèque de ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Bremblens
Deux sœurs ont transformé une ancienne salle de classe ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

livre de l'été

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 28
ven 19.07.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Le tube de l'été (2/6)
Chaque semaine, nous vous proposons un tube à (ré)écouter cet été. Cette semaine, "Laissez-moi ...