Galeries Vidéos Abonnez-vous
Villars-sous-Yens | Robert Favre
Au service de la collectivité
Hommage

Paysan et vigneron, il s'est mis au service de la collectivité. Histoire de prouver que les petits peuvent être grands.

«Je ne l'ai jamais vu assis sur un banc à regarder le soleil se coucher!» Le propos de Jean-Maurice Robert, qui fut son collègue à la Municipalité de Villars-sous-Yens, dit combien a été active la vie de Robert Favre. Vie qui s'est achevée subitement le 12 octobre dernier, peu après son 86e anniversaire: troisième d'une fratrie de quatre enfants, Robert Favre était né le 10 septembre 1932.

Après l'avoir exploité avec son père et son frère, diplôme de l’École d'agriculture de Marcelin en poche, Robert Favre avait repris le petit domaine familial. «C'était un paysan avisé», se plaît à souligner son frère Étienne. «Il avait des visions progressistes sur l'agriculture, particulièrement en matière économique. Il était très attaché à la terre au point d'en faire profiter beaucoup de personnes», ajoute Jean-Maurice Robert. En témoigne son engagement au sein de l’Association Paysans solidaires.

Parce que le domaine était petit, et surtout parce qu'il était habité par un profond sens civique, Robert Favre s'est mis au service de la collectivité. Il a été assesseur puis greffier de la Justice de paix du cercle de Villars-sous-Yens jusqu'à sa retraite en 1997. Dans l'exercice de cette fonction, collaborateur du juge André Saugy, il s'est révélé être de bon conseil et a donné de l'institution un visage humain.

Greffier, Robert Favre l'a aussi été de la Municipalité. A partir des années 60 et jusqu'à son accession à une syndicature à laquelle des turbulences locales avait mis fin après une législature seulement. «C'était un homme assez directif, dans le bon sens du terme. Il avait ses idées et les défendait avec fermeté: il suivait la ligne qu'il avait choisie. Avec parfois des doutes quant à la justesse de ces décisions par rapport aux événements et aux autres. Une personnalité aussi affirmée est inévitablement en contradiction avec un certain nombre de personnes , analyse Jean-Maurice Robert. Robert Favre a passé sa vie à se prouver que les résultats et les succès n'ont rien à voir avec la taille. Cela a renforcé sa volonté d'être écouté, de commander.»

Robert Favre fut abbé-président (et roi en 1977) de l'Abbaye de Villars-sous-Yens. Il a siégé au bureau du Parti radical de l’arrondissement de Morges. Bref, le «Petit Robert» a su être grand.

Gilbert Hermann   24.10.2018

Hommage

Nos chers disparus

Willy Oppliger

«Willy Oppliger était un homme très généreux: il ...

Denis Cottier

C’était une tête. Mais aussi et surtout un ...

Robert Favre

Paysan et vigneron, il s'est mis au service ...

Gabrielle Maier

Avec son mari, elle a exploité la confiserie ...

Rudolf Kubler

Ancien directeur de la Verrerie, c'était un ...

André Guex-Joris

Ancien archiviste de la Ville de Morges, ...

Rodolphe Schelbert

Avec distinction, il a dirigé durant 18 ans l'Hôtel ...

Edward Demont

« C'était un « fondu » de sport ! » Ces mots de ...

Georges Morand

L'engagement de Georges Morand pour la collectivité a ...

André Cruchon

Quand, le 26 avril 1990,André Cruchon a pris une ...

Edition N° 47
ven 07.12.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Un nouveau commandant au SIS Morget
Thierry Charrey prendra ses fonctions le 1er décembre en tant que commandant du SIS Morget.