Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous
Lussy-sur-Morges | Jean-Philippe Linder
Adieu l'artiste!
Hommage

Figure de la région morgienne, personnage anticonformiste qui mettait l'amitié sur un piédestal et son talent sur un chevalet, Jeanphi a posé ses pinceaux.

« J'aimais la vie, les miens et l'amitié. Je pars en paix. » Le mot qui figure sur son avis mortuaire reflète bien le personnage qu'était Jean-Philippe Linder. Jeanphi pour ses amis. Et comme ils étaient fort nombreux, gageons que la disparition du bonhomme aura causé une profonde émotion dans la région morgienne. Ses obsèques ont eu lieu hier, à Montoie. Jeanphi aurait eu 73 ans en mai prochain.

Fils d'un tapissier-décorateur établi à la Grand-Rue, Jeanphi était un Morgien pur jus. Même « exilé » à Vufflens-le-Château, Saint-Prex ou Lussy, il venait fidèlement, à pied le plus souvent, humer l'air de sa ville natale. Sa silhouette filiforme que surmontait une tignasse abondante et son sourire énigmatique coiffé d’une moustache à la Brassens ne lui permettait pas de passer inaperçu. Jeanphi était un personnage. Qui avait des idées bien arrêtes et qui ne se privait pas de les exprimer. Souvent avec un brin d'ironie qu'accentuait un sourire malicieux. Ses réflexions à l'emporte-pièce en ont désarçonné plus d'un !

« J'ai la formation d'un type caractériel composite », assénait Jeanphi. Après un apprentissage de dessinateur en bâtiments, il fréquente l’École des arts décoratifs de Genève... qu'il quitte avant d'avoir obtenu son diplôme, irrité par l'ambiance scolaire de l'établissement. Dès lors, il travaille en indépendant. Il est tour à tour graphiste et décorateur quand il donne dans « l'alimentaire», peintre et dessinateur quand il s'exprime sans contraintes matérielles.

Jeanphi a réalisé les décors de plusieurs spectacles, notamment pour le Chœur mixte de Saint-Prex et les fameuses revues de La Concorde de Vufflens-le-Château. Revues auxquelles il a aussi participé comme comédien. Il a réalisé des décorations pour Morgexpo, créé des stands, des animations murales, notamment à l’ancienne école de Lussy et au carnotzet de la Ville de Morges à Marcelin.

Peintre, Jeanphi « chantait » le corps humain. « Je suis sensibilisé par le corps, celui de la femme particulièrement. J'aime particulièrement jouer avec les formes, les couleurs et les lumières. C'est une façon de situer le corps dans l'espace», confiait-il. Les œuvres de Linder sont empreintes d'érotisme. Lui préférait le terme de tendresse. « C'est important la tendresse ! »

En 1982 et 1983, Jean-Philippe Linder avait été l'un des récipiendaires de la Bourse fédérale des beaux-arts. « Cette bourse m'affirme dans une situation de peintre qui, a priori, n'était pas évidente. Pour moi surtout ! Mais on demeure toujours aussi humble, aussi paniqué face à une toile blanche ! » confiait-il à l'époque.

Gilbert Hermann   29.03.2019

Hommage

Nos chers disparus

Roger Jordan

Avec Roger Jordan, décédé lundi dans sa 90e année, ...

Alice Rogier

Il y a des coïncidences parfois étonnantes: c’est ...

Xavier Charles

Il aimait la ...

René Richli

Comédien, il était un peu cabotin. Mais c’est dans ...

Jean-Daniel Gallay

Plusieurs fois roi de l'Abbaye des Amis ...

Jean-Philippe Linder

Figure de la ...

DANIEL TURIN

Ce 18 janvier, Tutu – que l’état civil avait ...

Cornaz Claude

Claude Cornaz n’a probablement pas eu souvent mal aux ...

Willy Oppliger

«Willy Oppliger était un homme très généreux: il ...

Denis Cottier

C’était une tête. Mais aussi et surtout un ...

Robert Favre

Paysan et vigneron, il s'est mis au service ...

Gabrielle Maier

Avec son mari, elle a exploité la confiserie ...

Edition N° 28
ven 19.07.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Le tube de l'été (2/6)
Chaque semaine, nous vous proposons un tube à (ré)écouter cet été. Cette semaine, "Laissez-moi ...