Marchairuz

«À l’alpage, nous vivons à 150%»

Julien Lambert 07.08.2018 08:40
Élisabeth et Philippe Germain ne sont pas en colonies de vacances au Pré de Bière.

Passer près de quatre mois dans un magnifique écrin de verdure à quelques hectomètres du Col du Marchairuz. Dit comme ça, on pourrait penser à une jolie colonie de vacances. Mais la réalité est bien différente pour la famille Germain, amodiataire  (ndlr: locataire) du chalet du Pré de Bière.  «Ces quelque 120 jours à l’alpage sont vraiment très importants au niveau professionnel. Nous travaillons sept jours sur sept et nous n’avons pas de congé», précise Élisabeth Germain qui, avec son mari Philippe, est à la tête de la fromagerie. 

Durant cet intervalle estival, ils produisent 15 tonnes de gruyère. Autant dire qu’ils ne chôment pas. «Mais nous vivons cette période à la montagne à 150%. Cette demeure, c’est un peu ma seconde maison. Et puis j’aime le contact avec la clientèle.»

Un chalet rénové

Le Pré de Bière, c’est une histoire de famille pour les Germain qui occupent le chalet depuis 44 ans. Mais c’est surtout une belle aventure pour Élisabeth et Philippe qui ont repris le flambeau il y a 27 ans. «Le reste de l’année, nous avons notre ferme à Saint-George où nous ne produisons que du lait», précise le couple. 

Leur séjour à l’alpage a bien changé il y a quelques années avec les importantes rénovations qui y ont été menées. «La commune a investi dans des travaux d’assainissement et nous avons mis de notre poche pour tout ce qui est en lien avec la traite et la fabrication du fromage», expliquent-ils. Avec à la clé un appartement qui leur permet de passer toute la saison à la montagne. «Nous montons en général fin mai ou début juin, dès que la quantité d’herbe est suffisante. Nous avons tout de même plus de 100 bêtes, il faut donc avoir la garantie de pouvoir toutes les nourrir, raconte Élisabeth. Nous redescendons courant septembre, même si certaines vaches sont déjà renvoyées en plaine avant.»

Dans les travaux effectués, une attention particulière a été portée au magasin. Si la vente directe existe depuis le début des années 2000, une boutique joliment décorée a désormais pris place. Elle permet notamment de suivre la fabrication du fromage à travers une baie vitrée. «Nous sommes vraiment bien situés en étant à moins de 200 mètres de la route principale du Marchairuz. Nous avons d’ailleurs récemment renforcé notre visibilité à travers de nouveaux panneaux placés au bord de cette dernière.» Une démarche qui fonctionne bien, le magasin faisant recette. «Nous avons des clients d’un peu partout. Il s’agit de touristes, de Genevois, de personnes de la Côte, de Français ou encore d’habitants de la Vallée», précise Élisabeth qui se charge de la vente alors que son mari œuvre chaque matin tôt à la fabrication du fromage. Avec succès, son gruyère étant toujours très bien taxé. «C’est porteur pour moi qui les revends et une véritable fierté pour toute la famille!», lance la patronne.

A lire également: "Paléo, c'est une grande famille"

Pour faire tourner l’affaire, quatre à cinq personnes sont présentes au quotidien. Avec bien du boulot dès l’aube à l’heure de la traite pour aller chercher les vaches parmi les quelque 120 hectares de pâturages. Mais qu’est-ce qui fait la particularité du gruyère d’alpage? «Il est plus aromatique, plus fruité. Mais on peut constater des variations selon les exploitations. C’est un peu comme le vin: il y a des pâturages différents à l’image des terroirs et puis il y a plusieurs manières de travailler la matière première», expliquent les amodiataires. Outre le gruyère qui reste largement prédominant, le couple produit du sérac, de la crème ou encore 1000 kilos de beurre durant l’été.

En plus du fromage, les visiteurs se laisseront charmer par les petits veaux qui naissent chaque été dans les prés. 

L’actu en images

Journal de Morges
Trophée de la Venoge 2018
Le Trophée de la Venoge 2018 s'est déroulé à Dizy du 8 au 12 août.
Journal de Morges
100 ans du Juste Lagier
Le sauvetage de Morges a fêté ce week-end les 100 ans du canot ...
Journal de Morges
Giron LCGS 2018, dimanche
Toutes les photos du dimanche 5 août.
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

District
L’ARCAM souhaite mettre les entreprises autour d’une ...
Aubonne
Le cinéma a décidé de lancer un nouveau projet, ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Entretien
Chaque semaine, nous vous proposons un portrait estival ...
Web

le reste de l'actualité web

Apples
Mobilisés dans le cadre de Paysans solidaires, des ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Balade estivale
Aux portes des Alpes bernoises, la Vallée aux 72 ...
Livre sur les quais
Comme chaque année, plus de 200 bénévoles vont ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Clara Chaberlot et Louise Contesse se sont rendues à ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Voile
Les semaines d’initiation aux activités de voile ont ...
Tolochenaz
Aucun espace d’exposition susceptible d’accueillir les ...
Romanel-sur-Morges
Les initiateurs du label «Laitspoir» restent convaincus ...
Morges
Festi’ Plouf, mis sur pied par la Maison de la Rivière, ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

St-prex
Le groupe Ferring a mis au point un médicament qui ...
Cottens
Dès le lundi 10 septembre, l’office de poste du village ...
Morges
Cesira Chiavegato a fête ses 90 ans chez elle entourée ...
Morges
Sous l’impulsion d’un ancien conseiller communal, le ...
Edition N° 31
ven 17.08.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Immersion au pays du Soleil Levant
Rencontre avec l'équipe déco du giron LCGS.